Jane Eyre – Charlotte Brontë

Orpheline, Jane Eyre est recueillie par sa tante, qui la traite durement depuis la mort de son mari, et vit avec ses cousins, qui ne sont pas tendres avec elle. Pour préserver leur tranquillité et pour tenter de corriger les « vices » de l’enfant, la petite est envoyée dans une pension pour jeunes filles pauvres, Lockwood, où elle va grandir, étudier mais aussi connaître les misères d’un établissement fonctionnant grâce à la charité. Alors qu’elle a dix-huit ans, elle part pour le manoir de Thornfield et devient la gouvernante de la pupille du propriétaire, Edward Rochester. Au fil des jours, cet homme bourru va être séduit par le caractère et le naturel de Jane : c’est le début d’une grande histoire d’amour qui devra surmonter de nombreux obstacles pour être vécue.

Je craignais le pire quand j’ai pris à la bibliothèque cette petite brique compact de 310 pages écrite en caractères de dactylo et de façon tellement condensée qu’une édition plus récente avec les règles d’éditique actuelles comporterait probablement le double de pages. Pourtant, je l’ai lu avidemment, même dévoré… en une journée… Ce n’était pas prémidité, mais aussitôt que je suis entrée dans l’univers de Jane Eyre, je n’ai pu en sortir et la première chose dont je m’apercevais… c’est que j’étais rendue à la fin! Dommage que je ne puisse en dire autant de mes livres obligatoires… mais ça, c’est une autre histoire.

Je ne pourrais pas dire exactement ce qui m’a happé dans ce livre… J’ai aimé les descriptions de Brontë, elles permettent de se situer et de comprendre la situation que vivent les protagonistes, mais n’alourdissent pas le texte et ne ralentissent pas la lecture. J’ai savouré les dialogues entre les personnages, surtout quand Jane était impliqué, on flottait dans un univers étrange parfois, mais c’était représentatif des personnages. D’ailleurs, j’ai adoré « détester » Saint-John.

Tout comme Grominou2, j’ai trouvé que les coïncidences coïncidaient un peu trop pour ne pas faire sourire, mais on pardonne facilement ces raccourcis dans la trame narrative.

Je me rappelais avoir vu le film, mais il ne m’avait pas marqué apparemment, parce que rien dans l’histoire ne me paraissait comme du déjà vu. Je serais curieuse de le revoir, maintenant que j’ai lu le livre…

Il faudrait bien que je me mette sérieusement à mes lectures obligatoires maintenant… Dit-elle en regardant qu’elle livre sur sa PAL elle pourrait bien emprunter à la bibliothèque… 😉

6 réflexions sur “Jane Eyre – Charlotte Brontë

  1. Contente que tu l’aies aimé!***Attention à ceux qui ne l’ont pas lu, je vais dévoiler une partie du dénouement!*** Toi aussi tu as trouvé cela un peu gros, errer au hasard dans la campagne pendant trois jours et se retrouver recueillie par des étranger qui se révèlent être ses propres cousins? Mais ce n’est pas grave, ça ne fait qu’ajouter au charme de ce genre d’histoire…

  2. Pingback: Blog-O-Book » Jane Eyre

  3. Pingback: L'odyssée d'une libellule » Blog Archive » Défi Matilda!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *