Fäerie – J.R.R. Tolkien (abandon)

Aux frontières indécises des régions hantées par les « Hobbits », non loin du pays imaginaire d’Alice, il existe un « Petit Royaume » de la vieille Angleterre où vivait un géant à barbe rousse nommé Gilles de Ham. « Ham n’était qu’un petit village, mais, en ces temps lointains, les villages étaient fiers et indépendants. »

Ainsi commence le premier de ces trois récits horrifiants et sublimes (« Gilles de Ham », « Smith de Grand Wootton » et « Feuille de Niggle ») qui entourent l’œuvre maîtresse de Tolkien. Avec la précision des poètes et le sérieux des historiens et des géographes, le célèbre professeur d’Oxford nous ouvre des mondes oubliés et immémoriaux et nous replonge au cœur de notre enfance.

J’ai essayé, mais je n’accroche pas à l’univers de Tolkien. Déjà, Le Seigneur des anneaux traîne depuis longtemps dans ma bibliothèque, sans que je réussisse à me convaincre de le lire. Je croyais qu’en lisant Fäerie, qui est tout de même très court, je pourrais apprivoiser son genre d’écriture, mais ça ne me fait pas : trop de descriptions, de détours, d’explications qui alourdissent le texte. Pourtant, j’ai lu beaucoup de livres avec des pages et des pages de descriptions (le début de Notre-Dame de Paris, notamment), mais je suis incapable d’embarquer dans les livres de Tolkien. J’essaierai sans doute de nouveau plus tard, mais pour l’instant, ce n’est pas pour moi, je crois.

9 réflexions sur « Fäerie – J.R.R. Tolkien (abandon) »

  1. Est-ce en français ? Parce que je n’arrive pas à accrocher à l’oeuvre de Tolkien traduite. Je n’ai jamais réussi à dépasser la page 150 de l’édition jeunesse du Seigneur des anneaux, c’est dire ! Par contre, en anglais, j’ai dévoré Lord of the rings en entier en moins de 2 semaines et j’ai adoré ! Comme quoi, la traduction joue un rôle important dans la perception qu’on a des livres !

  2. J’avais eu le même sentiment en lisant le premier tome du Seigneur des anneaux… Du coup, je n’ai jamais eu l’envie de lire les volumes suivants. Je pense toutefois que je ferai une nouvelle tentative un jour…

  3. Tous les goûts sont dans la nature, moi je dévore la Fantasy, peu importe si c’est en français, en anglais, et même en italien. Peu importe s’il y a de longues descriptions ou non, je trouve que ça enrichit le décor fantastique qu’on ne connaît forcément pas.Mais bon, si tu as lu Notre-Dame-de-Paris sans problème, tu es peut-être plus une réaliste? Les Misérables m’attend depuis 10 ans dans ma bibliothèque et j’ai peur de m’y aventurer tellement je n’aime pas le réalisme.Si tu veux t’immiscer dans le monde de Tolkien, je dois te dire que j’ai beaucoup moins aimé Faërie que le reste de ses oeuvres.Je peux aussi te proposer un auteur que j’adore: Guy Gavriel Kay, un Ontarien. »La Tapisserie de Fionavar/Fionavar Tapestry », c’est une trilogie dans le même genre que Tolkien, mais avec une petite (vraiment petite) dose de réalisme, puisque les 5 protagonistes viennent de Toronto et s’aventurent dans une histoire épique dans un monde comme celui de Tolkien.Et si tu préfères plonger dans le beaucoup plus réaliste, il écrit aussi de la Fantasy historique, comme « Les Lions d’Al-Rassan » (inspiration de l’empire espagnol), « La Mosaïque de Sarance » (2 tomes, inspiration de l’empire byzantin »), Tigane (2 tomes, inspiration de l’Italie), « La Chanson d’Arbonne » (inspiration de la France), etc.À découvrir, peut-être ces dernières suggestions seront-elles un juste milieu entre la Fantasy pure et ton envie de réalisme.

  4. Les Faeries, ce n’est pas le plus facile d’approche. Bilbo le Hobbit et LOTR sont les plus « faciles je trouve. Il faut prendre LOTR comme si c’était un livre d’histoire raconté par les gens de la Terre du Milieu, un livre d’histoire par les protagonistes, un livre de voyage. Très très détaillé et descriptif, anti-linéraire, complètement à côté de toute ligne du récit.Je dirais commence par Bilbo, c’est quand même à cause de lui que l’histoire de LOTR commence. Il est plus petit, et plus rapide. Le premier livre de LOTR est très lent (vive les grandes descriptions) mais ensuite, ça roule. Mais, comme je te dis, c’est comme une grande oeuvre historique; Tolkien a tout bâti la mythologie même de la terre du Milieu et l’a bâti comme une sorte de préhistoire à l’Homme.

  5. Joelle : En effet, c’est en français, mais je ne crois pas être comme toi, le fait de le lire en anglais va me réconcilier avec les descriptions ;)Aelys : Je ferai sûrement une autre tentative un jour, moi aussi, pour Le Seigneur des anneaux. Mais je crois que je vais l’emprunter en 3 tomes. J’ai seulement la version deluxe en un seul tome, et je dois dire que c’est plutôt décourageant :)Jiji : Merci pour les suggestions! En effet, je suis plutôt une réaliste en général. Je crois que le premier livre dont l’histoire ne pourrait pas avoir lieu que j’ai lu, c’était les Harry Potter, c’est tout dire hihi. Je vais regarder du côté des livres que tu suggères.Dobby : Toi, tu es tellement vendue à LOTR que je ne fais plus confiance à ton jugement :p

  6. Looooool touché <:OPJe ne l’étais pas avant remarque, je détestais Le Seigneur des Anneaux à cause de l’oeuvre en dessin animé que j’avais vue, jusqu’à ce que je me mette à le lire.;) j’essaie de te convaincre pcq il me semble que tu aimeras, pour le côté histoire, légende et langue, sauf que je peux très bien me tromper et ce n’est surtout pas plus grave de ne pas le lire.

  7. N’essaie pas Dobby, aucune crédibilité :pEt je n’en profiterai pas ici pour te souligner TOUS les livres que je t’ai conseillés et que tu n’as jamais daigné ouvrir :p

  8. Comme Dobby (mais je suis moi aussi une vendue au Seigneur des anneaux!), je te suggère de commencer par Bilbo le Hobbit, qui se lit très bien. C’est par ce livre qu’à douze ans j’ai découvert la Fantasy (merci à M. Bigras, mon prof de 6e année, qui nous lut le premier chapitre à haute voix et nous dit: «si vous voulez connaître la suite, il faudra le lire vous même!» Sur l’heure du midi, les librairies du quartier furent envahies par une vingtaine d’enfants, dont plusieurs n’avaient jamais lu autre chose que des BD!) Ça se lit vraiment bien, il y a peu de ces longues descriptions que certains trouvent lourdes dans le SdA…Par contre, après avoir lu et relu Bilbo et le SdA, j’ai tenté Le Silmarillon, et je n’ai pas du tout accroché! J’ai eu à peu près la même réaction que toi avec Faërie, et j’ai lâché après 60 pages.Et je ne peux que seconder la suggestion de Jiji pour GG Kay, un excellent auteur canadien qui se lit aussi bien en version originale que dans les excellentes traductions d’Élisabeth Vonarburg et d’Hélène Rioux. Tous ses livres sont bons (je n’ai pas encore lu les deux ou trois plus récents, cependant), mais j’ai une préférence marquée pour la trilogie «La Tapisserie de Fionavar».

  9. Grominou : Je vais sûrement m’y réessayer un jour… quand ma LAL aura diminué 😉 Pour l’instant, il y a tellement de livres que j’ai envie de lire, que je vais attendre un peu 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *