Gloriole à vendre, prix révisé – Rachel Laverdure

Bastien Comtois, un jeune agent d’immeubles menant une vie tout ordinaire, trouve un roman écrit par son père décédé et se l’approprie. Le roman publié reçoit tous les honneurs. Au fil des jours, l’imposteur consigne dans son journal la banalité de sa vie, ses souvenirs d’enfance, son amitié avec un vieil accordéoniste, substitut du père, ses ruses et ses mensonges ainsi que son angoisse d’être démasqué. « Serais-je traîné en cour? Ou, à défaut, traîné dans la boue? Toute mon ambition, au fond, se résumait à devenir quelqu’un… Pouvait-on m’en faire reproche? » Un roman sur l’usurpation d’identité, la vie par procuration, le besoin viscéral de gloire et le prix à payer pour enfin devenir soi-même à l’heure où tous les moyens sont bons pour atteindre la notoriété.

J’ai du mal à me faire une idée de ce livre, alors que je viens pourtant à peine de le terminer. Sous forme de journal, c’est plutôt à travers des anecdotes qu’on découvre Bastien. Mais surtout, c’est sa recherche de la reconnaissance à tout prix à travers l’œuvre de son père qui nous occupe. À travers les phrases de l’auteure, on sent la recherche d’un vocabulaire précis, qui nous évite les longues phrases inutiles. Est-ce que c’est une lecture qui va me marquer? Probablement pas, mais j’ai quand même passé un bon moment.

Laisser un commentaire