Rédaction, création

Commentaires 7 Par défaut
À la dernière session, j’avais pris un cours de rédaction créative. Pour avoir un cours facile? Oh que non! C’était par défi. Bien que j’écrive avec une certaine facilité toutes sortes de documents, lorsque vient le moment d’écrire en utilisant mon imagination, ma créativité, c’est le néant. Tout ce qui me vient en tête me paraît fade, ennuyant, du déjà vu, bref, rien de nouveau sous le soleil. À la suite de ce cours, j’étais ressortie avec ma nouvelle de 20 pages, qualifiée de bien écrite, mais d’un peu ennuyante. Pas une grosse surprise pour moi, mais j’espérais quand même faire mieux.

Cette session-ci, par volonté de continuer à m’améliorer (ou par masochisme, au choix), j’ai pris un cours de rédaction de scénarios. Encore une fois, j’entendais mes collègues de classe dirent que ça allait être un cours facile. C’est beau l’insouciance. À la fin de ce cours, on doit avoir écrit le scénario complet d’un court métrage de 20 minutes. La semaine dernière, c’était la remise du synopsis et de la description des personnages. En arrivant en classe, on devait se mettre en groupe de 4-5 et lire notre synopsis à voix haute. Sueurs froides. Je suis très pudique avec mes écrits créatifs. Je suis passée à travers l’exercice sans trop de dommages, avec de bons commentaires de mes collègues.

Hier, ce sont les commentaires du prof, un auteur connu dans la région et dont j’ai vu plusieurs pièces de théâtre quand j’étais adolescente, que j’ai reçus. Ouch! Outre le fait que j’ai reçu la pire note de toute ma carrière universitaire, mon histoire est fade, la fin est faible, les réactions de mon personnage sont disproportionnées par rapport à l’enjeu, bref, pas grand-chose de valable. Le pire, c’est que je ne peux qu’être d’accord avec lui. Une chance que j’ai bien décrit mes personnages, parce que j’aurais frôlé la catastrophe…

Maintenant, je stresse. Dans trois semaines, je dois remettre mon scène-à-scène et je ne sais pas quoi faire. Est-ce que je garde mon histoire en améliorant les points à changer, ou est-ce que je pars complètement à neuf, en risquant de passer à côté encore une fois?

Je devais dormir très profondément quand la créativité est passée…

7 réflexions sur “Rédaction, création

  1. J’ai toujours eu de la misère avec les corrections de ce type dans les cours de scénarisation. Tous les qualificatifs qu’il a donné à ton scénario peuvent s’appliquer à des chefs-d’oeuvres. Mais bon, en même temps, c’est pour ça que je n’ai plus pris de cours de scénarios…

    J'aime

  2. Crois-moi Simon, c’est loin d’être un chef-d’œuvre 😉 J’en étais convaincue avant d’avoir vu la note du prof… La créativité, ce n’est pas mon fort… Une chance que j’ai d’autres qualités 😉

    J'aime

  3. Moi non plus ce n’est pas mon fort, mais je reste sceptique. On dirait que, comme c’est pas mon fort, je ne serais pas capable de trouver une manière objective et juste d’évaluer des scénarios. Ce qui me fâche, c’est que j’ai l’impression qu’ils n’en ont pas, eux non plus, de manière objective!

    J'aime

  4. J’ai TELLEMENT connu la même situtation quand j’ai fait mon cours de scénarisation à l’UQÀM.C’était un lundi, on devait remettre notre scène-à-scène. La prof (juge à la SODEC, alors très crédible), voyant que certains avaient pris du retard, avait donné une journée de plus pour le remettre.Je remet mon scène-à-scène le lundi et me dit franchement: »Si tu me donnes ça, je te remet un D. C’est faible, c’est du scénario de jasette de cuisine… t’as une journée pour changer ça. »Sur le coup, j’capotais! 5 semaines mis à la poubelle d’un coup. Je suis retourné chez nous et à part l’élément déclencheur, j’ai tout changé!Au lieu d’essayer d’y aller avec du bla-bla, j’ai plutôt opté pour le « faisons bouger notre personnage et par la bande, je dirai ce que je veux dire ».J’ai finalement remis mon travail le lendemain (avec 2 heures de sommeil) mais quand j’ai vu mon premier A universitaire à vie, je me suis dis que ça avait valu la peine.Je crois qu’il ne faut pas avoir peur de manier n’importe comment son scénario. Il faut se mettre dans une zone d’inconfort pour chercher des fois la petite perle.Alors oui, manipule! On est à l’ordinateur de nos jours! Rien t’empêche de tout remanier et d’avoir 5 versions différentes, non?Et pour ce qui est des commentaires qui, oui, peuvent être direct… vaut mieux ça que des commentaires à vide qui n’aide en rien?Oui, c’est non-objectif à max… mais qui l’est vraiment dans notre société en allant voir un film ou une série télé?

    J'aime

  5. Je suis d’accord que ça aide à élargir son horizon des possibles, mais en même temps, pourquoi un film avec beaucoup de paroles ne serait pas intéressant aussi? Remarque, ça dépend, c’est difficile sans exemple précis, mais beaucoup de films intéressants n’auraient pas une bonne note dans un cours de scénario à mon avis.Mais bon, on comprend en même temps, je ne crierai donc pas « À bas les cours de scénario », mais j’encourage à prendre les commentaires avec un certain recul.

    J'aime

  6. Steven : Je suis d’accord avec toi, mieux vaut des commentaires directs qui veulent dire quelque chose. Dans ce sens, je n’ai absolument rien contre le prof… Je jongle avec l’idée de changer mon histoire et d’utiliser la nouvelle que j’avais écrite l’an passé…Simon : Je prends les commentaires avec recul, mais c’est pas comme lorsqu’on dépose un scénario… Là, faut pas que je recule trop, le prof va quand même me noter 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s