Gin tonic et concombre – Rafaële Germain

gintonicÀ trente-deux ans, Marine Vandale attend encore le grand amour. Celui qui décoiffe, qui jette par terre, qui fait peur et qui rend fou. « C’est pas en passant tout son temps avec trois gars que tu vas le trouver, en tout cas! » lui répète sa mère. C’est que Marine, son ex Laurent, son coloc Jeff et leur meilleur ami Julien sont inséparables. Ensemble, ils tâchent de naviguer dans les eaux troubles de la trentaine, de devenir de vrais adultes et d’apprivoiser l’amour.

Mais ce qui semblait un jeu d’enfants autrefois l’est de moins en moins, et les gaffes d’aujourd’hui n’ont plus la légèreté de celles de leurs vingt ans. Pourtant, ils continuent d’espérer, chacun à sa manière. Et de rencontre en rencontre, d’homme en homme, au travers de mille situations qu’elle décrit comme étant du « véritable théâtre d’été », Marine persiste à croire qu’un jour elle prouvera à sa mère que contre l’amour on ne peut rien faire.

Je n’avais pas été totalement convaincue par Soutien-gorge rose et veston noir, mais j’avais quand même décidé de donner une chance au deuxième livre de cette auteure. Erreur. C’est encore pire que le premier. Il ne se passe rien! Les personnages passent leur temps à se raconter ce qu’ils ont fait plutôt qu’à le vivre. De plus, comme dans le premier livre, le langage des personnages m’a dérangée. Je sais qu’on veut se rapprocher de l’oralité, mais est-ce nécessaire d’en mettre autant? Une chick-litt à éviter à mon avis…

9 thoughts on “Gin tonic et concombre – Rafaële Germain

  1. Encore une fois, on est d’accord.
    Je n’ai même pas terminer ma lecture, je l’ai abandonné en plein milieu et ce n’est vraiment pas mon genre!

    J’ai trouvé que c’était trop vulgaire les sacres a toutes les phrases…

    Bien contente de ne pas être la seule avec cet opinion.

  2. Valérie

    Mëme chose poor moi!

  3. Hum… QUESTION:

    Si j’avais à nommer un auteur qui fait de la « Dick-litt », je nommerais Stéphane Dompierre ou Matthieu Simard en guise d’exemple… de ce que j’entends des filles qui les lisent, elles semblent souvent dire « on comprends les gars après avoir lu ça ».

    Aurais-tu Jessica (ou autre lectrice de ce blog) des suggestions de chick-litt équivlent Dompierre? Genre pour comprendre les femmes? =P

  4. Oréole & Valérie : C’est vrai que, comme le premier, il y a beaucoup de sacres franchement inutiles, ça devient de la ponctuation et ça n’a plus aucun sens.

    Marius : Ça, c’est toute une colle…Vite comme ça, ça ne me vient pas. Je ne me suis jamais totalement reconnue dans un chick-litt. Pour avoir lu Stéphane Dompierre, je crois que les auteurs de dick-litt restent plus près de la réalité, du moins, je crois. Dans la chick-litt, ça exploite le stéréotype à fond : la fille qui ne se peut plus d’être en couple, la fille qui magasine à fond, jusqu’à ce qu’elle soit cassée, celle qui rencontre un homme beau, riche, gentil, parfait… mais pris. En fait, les filles dans ces livres, sont souvent très superficielles. Peut-être que quelqu’un d’autre pourra te conseiller.

  5. Moi aussi j’avais moyennement aimé son premier roman, donc tu me confortes dans mon idée de ne pas lire celui-ci!

    Au sujet de la question de Marius: Je pense comme toi que la chick-lit n’est pas le meilleur moyen de comprendre les femmes, au-dela des stéréotypes. La question est néanmoins intéressante, je vais y réfléchir!

  6. J’hésite encore à lire celui-ci le premier ne m’ayant pas convaincu non plus.

    Dick-litt, je viens d’apprendre un nouveau terme !! Pour le sujet de Marius, je dirais aussi qu’il y a bien peu de personnages de romans de chick-litt qui ressemblent à des femmes dites « normales ». Le livre que je lis présentement est probablement le livre avec une couverture bien chick-litt dans lequel je me retrouve un peu… Il s’agit de « Passionnément givrée » d’Audrey Parily. Pas de gars riche et parfait, pas de séances interminables de magasinage, pas trop de stéréotypes mais beaucoup de conversations homme-femme sur l’amour et de réflexions faites par une femme. Si ça peut éclairer un peu…

  7. @Marius:
    Tu pourrais essayer « Passionnément Givrée » c’est une amie a moi qui l’a écrit… c’est de la chick-lit intelligente..

    Fouille c’est ds les nouveautés sorti le 4 mars…
    Redonne moi des nouvelles..

  8. Grominou : Surtout que j’ai encore du mal à déterminer s’il est pire que le premier ou pas… Bref, je vais continuer à la lire dans le journal à la place de lire ses romans!

    Marguerite et Oréole : Décidemment, vivement que Passionnément givrée soit disponible à ma biblio!

  9. Wow! Autant de réponses de votre part les filles! Merci de vos réponses!

    Dick-litt… j’vais avouer que j’ai inventé le nom parce que bon, j’savais pas comment appeller cette littérature de gars « gars »… alors faut pas prendre ça pour du cash!

    Pour Passionnément Givrée, j’étais tombé sur le blog d’Audrey Parily et j’ai passé proche l’acheter il y a 1 semaine et demi… mais 1984 et Chercher le vent l’avait remporté au final à la caisse.

    J’vais rajouter P.G. sur ma liste de livre à lire sous peu. Les premières lignes étant souvent signe si je vais aimer ou pas, j’étais pas si convaincu après les deux premières pages mais si vous me le conseillez autant comme « exemple de chick litt », c’est qu’il m’en reste à apprendre!

Laisser un commentaire