La suppléante – Anne Bonhomme

lasuppleanteMathilde, abandonnée par son amoureux, perd sa place dans le groupe rock dont elle faisait partie avec lui. Heureusement, une école a besoin de ses services pour remplacer la prof de musique. Convaincue que ce changement de cap l’aidera à oublier son chagrin, Mathilde saute sur l’occasion. Elle met donc toute son énergie à survivre dans cette jungle pédagogique où évoluent des personnages saugrenus aux habitudes particulières. Si elle les observe généralement avec humour, elle ne peut s’empêcher de grincer des dents chaque fois que le directeur lui annonce une nouvelle fonction en lui disant « Ça fait partie de ta tâche », ou lorsqu’elle entend une enseignante tutoyer au pluriel : « Les amis, tu vas aller à ton cours de musique… »

Pendant que Mathilde s’adapte à son nouveau travail et tente d’oublier ses frustrations, le destin lui met sous le nez la trahison dont elle est victime : son ancien groupe va lancer un album avec la musique qu’elle a composée! Révoltée, elle concocte avec sa meilleure amie un plan machiavélique : sa vengeance sera terrible! Mais si Mathilde retrouve une certaine assurance face à ces plagiaires, elle en manque totalement devant Paul, le séduisant – et marié – père d’un de ses élèves. Un amour impossible, est-ce vraiment ce qu’il lui faut?

Il est évident que l’auteure a eu des contacts avec le milieu scolaire. Son livre est intéressant, même si l’intrigue, si on peut appeler ça comme ça, est plutôt mince. Je sais bien que pour rendre le tout plus humoristique, on a mis plusieurs problèmes qui arrivent dans une seule école. On peut comme le téléroman Virginie, où tout arrive dans la même école secondaire. Par contre, si cela avait été un peu plus dilué, on y aurait cru un peu plus. Je sais bien que toutes ces situations peuvent arriver, mais quand même pas simultanément. Un livre qui m’a tout de même, bizarrement, redonné le goût de l’enseignement. Un jour, peut-être…

5 réflexions sur “La suppléante – Anne Bonhomme

  1. Ai-je besoin de dire que j’ai bien aimé? Ai-je besoin de dire que j’aimerais rencontrer un « Paul père d’un de mes élèves »… lol. Très léger comme lecture, mais ça a quand même juste assez de poids pour faire réfléchir à certaines situations déjà vues.

    Et… depuis, j’y repense à deux fois et je me reprends dès que je sors le tutoiement au pluriel…

  2. Jules : Effectivement, c’est léger et drôle, j’espère qu’elle écrira d’autres livres!

    Dobby : Non, pas besoin :p. Si tu ne l’avais pas lu, je te l’aurais recommandé.

    Comme le personnage du livre, ça m’a toujours fascinée le tutoiement au pluriel…

  3. Comme vous toutes, j’ai adoré ! Tu as raison, l’intrigue est mince mais ce sont les anecdotes qui prennent le dessus. C’est frais, léger et intelligent. Une petite perle pour une suppléante… comme moi ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *