La valse lente des tortues – Katherine Pancol

Qu’un crocodile aux yeux jaunes ait ou non dévoré son mari Antoine, disparu au Kenya, Joséphine s’en moque désormais. Elle a quitté Courbevoie pour un immeuble huppé de Passy, grâce à l’argent de son best-seller, celui que sa sœur Iris avait tenté de s’attribuer, payant cruellement son imposture dans une clinique pour dépressifs. Libre, toujours timide et insatisfaite, attentive cependant à la comédie cocasse, étrange et parfois hostile que lui offrent ses nouveaux voisins, Joséphine semble à la recherche de ce grand amour qui ne vient pas. Elle veille sur sa fille Zoé, adolescente attachante et tourmentée et observe les succès de son ambitieuse aînée Hortense, qui se lance à Londres dans une carrière de styliste à la mode.

Joséphine ignore tout de la violence du monde, jusqu’au jour où une série de meurtres vient détruire la sérénité bourgeoise de son quartier. Elle-même, prise pour une autre sans doute, échappe de peu à une agression. La présence de Philippe, son beau-frère, qui l’aime et la désire, peut lui faire oublier ces horreurs. Impossible d’oublier ce baiser, le soir du réveillon de Noël, qui l’a chavirée.

Autour de l’irrésistible et discrète Joséphine, gravite une fois encore tout un monde de séducteurs, de salauds, de tricheurs et autant d’êtres bons et généreux. Comme dans la vie.

J’ai eu un peu plus de difficultés à embarquer dans cette suite. Par contre, une fois que les meurtres commencent, c’est plus facile de s’accrocher, même si Joséphine semble mener sa vie très facilement dans les circonstances. J’ai eu également beaucoup de mal à croire à l’histoire entourant Luca. Ça m’a laissé l’impression que l’auteure voulait s’en débarrasser pour laisser de la place à une possible relation avec Philippe. Difficile d’en dire plus sans révéler des intrigues.

Encore une fois, j’ai l’impression que l’auteure nous laisse sur notre faim. Bien sûr, on finit par connaître le pourquoi du comment des meurtres, mais les autres histoires en parallèles, où sont leur(s) fin(s)? J’ai cru lire sur Internet qu’un troisième – et dernier – tome était en préparation. J’espère qu’on saura une fois pour toutes la fin de toutes les histoires. J’espère également que l’auteure saura s’arrêter après ce tome, car même pour le troisième, je crois qu’il sera difficile de ne pas tomber dans la redite.

3 réflexions sur « La valse lente des tortues – Katherine Pancol »

  1. Je ne pourrais pas dire que je pressentais déjà l’histoire de Luca dans le premier livre, mais c’est vrai que ça tombait dans le « c’est trop beau pour être vrai ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *