Petites histoires avec un chat dedans (sauf une) – Véronique Papineau

La vie n’est pas toujours simple, même – et surtout? – quand on est jeune, comme les personnages que Véronique Papineau met en scène dans ces nouvelles. Histoires de cœur, histoires de baise, problèmes de travail ou d’argent, tout cela peut nous faire passer de fichus quarts d’heure, qu’il nous arrive très souvent de traverser sous le regard à la fois attentif et impassible de nos chats. Ils voient tout, comprennent tout, mais ils ne nous jugent jamais.

Avec le chat, Véronique Papineau partage de nombreuses qualités : l’art de la légèreté, le coup de griffe qu’on n’a pas vu venir, la caresse qui déchire.

Qu’elle raconte l’histoire d’amants qui se rencontrent à 120 kilomètres-heure sur l’autoroute, la fugue de deux adolescents dans la grande ville, la fin de la noce pour la demoiselle d’honneur qu’emporte l’ambulance, chacune de ces scènes de la vie contemporaine prend un relief inattendu, tout comportement est soumis au regard de cette fine observatrice, à son humour à la fois tendre et cruel. Jamais elle ne rate sa proie.

Il fallait bien un titre intrigant pour me réconcilier, en partie du moins, avec les nouvelles; un genre que je n’ai jamais beaucoup apprécié et qui me laisse généralement froide. Même si je ne crois pas devenir une admiratrice des nouvelles, j’ai quand même bien aimé les univers dans lesquels l’auteure nous plongeait. Les personnages, attachants, m’ont fait croire à leur histoire souvent trop courte. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’ai du mal avec ce genre littéraire : on a à peine le temps de s’attacher aux personnages que l’histoire est terminée et on doit nouer des liens avec un autre univers et d’autres protagonistes. Toutefois, si Véronique Papineau publie un autre recueil de nouvelles, je veux bien me laisser tenter.

4 réflexions sur « Petites histoires avec un chat dedans (sauf une) – Véronique Papineau »

  1. Il m’avait plus ou moins plu celui-là… Je ne suis pas une fan de nouvelles non plus et je n’ai pas aimé le petit côté « méchanceté » avec les chats qu’on retrouve dans quelques nouvelles. J’aime trop les chats !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *