Une personne à part entière – Gunilla Gerland

C’est l’histoire d’une petite Suédoise qui ne savait pas ce qu’elle avait, pourquoi elle était si différente, qui aurait voulu être « quelqu’un » et qui avait fini par s’apercevoir après diverses expériences plus ou moins heureuses qu’elle était atteinte d’autisme dit « de haut niveau » par les spécialistes.

De quoi s’agit-il? L’autisme, tout le monde en parle sans toujours savoir exactement de quoi il retourne même depuis qu’un médecin autrichien Hans Asperger (1906–1980) en a établi le syndrome.

On le saura en lisant cette saga autobiographique parfois déroutante parfois divertissante, mais tragique aussi de Gunilla Gerland.

On reste dans le même thème avec un autre livre qui fait vivre l’autisme de l’intérieur. Cette fois-ci, on suit une seule personne, Gunilla, qui est atteinte d’autisme, mais dont son diagnostic n’aura lieu qu’à 29 ans. Pendant tout ce temps, elle se croit anormale et finit par croire ce que son entourage lui répète sans cesse : elle n’est qu’une paresseuse capricieuse. On comprend les raisons de certaines de ses obsessions et de l’hypersensibilité de ses sens. Une lecture parfois difficile, mais toujours intéressante. L’histoire d’une jeune fille née avec une différence que personne ne voit et, de surcroît, dans un milieu difficile. Du point de vue plus technique, la traduction est parfois laborieuse et j’ai souvent été dérangée par les doubles et même triples espaces entre les mots. Déformation professionnelle…

2 thoughts on “Une personne à part entière – Gunilla Gerland

  1. Je vais rester avec le Nazeer pour le moment qui a l’air plus « lisible ».

  2. Ça dépend ce que tu entends par plus lisible. Celui de Nazeer est moins « violent », plus didactique, mais parfois difficile à lire justement parce que c’est parfois très théorique. Alors que celui-ci est plus senti, on est dans le vécu totalement.

Laisser un commentaire