Silence radio

Commentaires 4 Par défaut

J’ai souvent plein d’idées de sujet à aborder, mais quand vient le temps d’écrire, je manque de temps ou d’énergie ou d’inspiration. Mais je m’ennuie d’écrire, alors ça va sûrement revenir. Surtout que je suis en vacances jusqu’après Pâques et j’ai plein de résumés de livres à venir poster!

Après le stress des premières semaines, voici quelques réflexions sur la grossesse, qui se passe par ailleurs très bien.

Les gens s’insultent rapidement
M. X et moi avions pris la décision de ne pas annoncer la grossesse avant l’échographie de 12 semaines. Il y a bien sûr eu quelques exceptions, mais la majorité de notre entourage l’a appris en même temps, après l’échographie. Toutes les personnes proches ont été contentes pour nous et ont tout à faire compris notre désir de savoir que tout allait bien avant d’annoncer la nouvelle. Par contre, on a eu droit à des commentaires désobligeants de certaines personnes qui, somme toute, ne sont pas proches. Ex. : une cousine que je n’ai pas vue depuis des années était insultée de le savoir seulement à ce moment-là, alors qu’elle, elle l’avait annoncé sur Facebook au moment du test de grossesse. Un collègue de M. X a aussi été insulté qu’on ait inventé une excuse pour mes absences plutôt que de dire la vraie raison, sous prétexte qu’on doit le dire aux personnes « proches ». On n’a peut-être pas la même définition de proche. Bref, ç’a quand même permis de faire un petit ménage dans l’entourage.

Le poids n’est plus tabou
On ne m’a jamais parlé autant de mon poids que maintenant, comme si c’était devenu une information publique.

On est constamment jugé
Je pensais que c’était exagéré, mais je dois me rendre à l’évidence : c’est vrai! Si j’étais tombée enceinte il y a seulement cinq ans, ça m’aurait rendue folle! Tout le monde a une opinion sur tout. Tout le monde surveille ce que je mange, ce que je ne mange pas. On me juge si je ne respecte pas les interdits pendant la grossesse (par exemple, mon médecin m’a donné la permission de manger des sushis si certaines conditions sont remplies). On me juge si je respecte les interdits (viandes froides, œufs coulants).

Ça, c’est seulement l’alimentation. Quand on entre dans couches lavables vs couches jetables, allaitement vs biberon, c’est encore pire!

Au moins, j’ai pris la confiance en moi nécessaire pour passer outre les commentaires des autres. Je prends ce qui me convient et je laisse le reste.

Les gens sont obsédés par le prénom
Et ça les frustre terriblement qu’on ne veuille pas dire le prénom choisi avant la naissance. M. X et moi avons déjà décidé des prénoms (fille ou garçon), mais après une discussion il y a quelques mois ou on parlait avec d’autres personnes des prénoms qu’on aimait, on a décidé de ne pas dire le prénom choisi avant la naissance. C’est un peu difficile de dire « Beurk, c’est laid », quand tu as le poupon dans les bras.

J’ai une très belle grossesse. Tous les maux des premiers mois sont pratiquement partis. La sciatique crie encore quelques fois, mais c’est devenu de plus en plus tolérable.

Ça devient de plus en plus concret, déjà 15 semaines de fait!

4 réflexions sur “Silence radio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s