Prenez soin du chien – J. M. Erre

Max Corneloup, auteur de romans-feuilletons, vient d’aménager au 5, rue de la Doulce-Belette. Pile en face de chez lui, Eugène Fluche, artiste peintre collé à sa fenêtre, l’observe à longueur de journée. Exaspéré, Max, se met à espionner les moindres gestes d’Eugène et consigne le tout dans son journal intime. La méfiance règne. Pour l’entretenir, il y a la concierge, madame Ladoux, un cinéaste fou, monsieur Zamora, un auteur de romans érotiques, Lazare Montagnac, un chien, Hector, et d’autres personnages hauts en couleur… L’inquiétude gagne. Au premier cadavre suspect, le commissaire Taneuse, un drôle de zigue, est dépêché sur les lieux. Qui se cache derrière cette affaire? À qui profite le crime?

Pendant la première partie, ça traîne un peu en longueur : Max et Eugène se regardent, s’espionnent, tout en accusant l’autre de faire la même chose. Vers le milieu du livre, un drôle de narrateur s’insinue dans l’histoire de façon plus concrète et on commence à penser que tout n’est pas noir ou blanc. Le jeu d’espionnage entre les personnages principaux est drôle au début, mais on a rapidement l’impression de tourner en rond et d’attendre que ça se termine. Ce n’est qu’après la mort d’un des personnages secondaires qu’on commence à avancer dans l’histoire, mais il est déjà trop tard, l’attention n’y est plus

Le long épilogue explique tout, mais c’est vraiment tiré par les cheveux à mon avis. Comme si on avait improvisé la fin pour justifier toutes les invraisemblances qu’on avait accumulées en cours de lecture. Un livre intéressant, mais un brin décevant.

2 réflexions sur « Prenez soin du chien – J. M. Erre »

  1. C’est bizarre, je viens d’aller relire mon billet sur ce roman, et il est beaucoup plus positif que je pensais, je croyais me souvenir que comme toi j’avais été plutôt déçue… Une chance que j’ai mon blogue pour me tenir lieu de mémoire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *