Le cercle des poètes disparus – N. H. Kleinbaum

À Welton, un austère collège du Vermont, dans les années 60, la vie studieuse des pensionnaires est bouleversée par l’arrivée d’un nouveau professeur de lettres, M.Keating. Ce pédagogue peu orthodoxe va leur communiquer sa passion de la poésie, de la liberté, de l’anticonformisme, secouant la poussière des autorités parentales, académiques et sociales. Même si le drame — le suicide d’un adolescent — déchire finalement cette expérience unique, même si Keating doit quitter le collège, il restera pour tous celui qui leur a fait découvrir le sens de la vie.

Bien entendu, en commençant ce livre, je ne pouvais me détacher du film du même nom avec Robin Williams. J’ai été agréablement surprise de voir à quel point le film était resté très fidèle au livre. Je dirais que c’est une des meilleures adaptations que j’ai vues. Mais pour revenir au livre, on sent très bien le lien d’attachement que le professeur développe avec ses élèves, même s’il essaie de ne pas trop le montrer. Une belle histoire sur l’émancipation et l’affirmation de soi, qui peuvent commencer à n’importe quel âge. C’est aussi la passion d’enseigner dans ce qu’elle a de plus beau. À lire et à voir.

Ajout : Apparemment, le film n’a pas été fait à partir du livre, mais c’est le livre qui a été écrit à partir du film. Ce qui explique pourquoi il est si près de l’adaptation… D’autant plus que le film a gagné l’Oscar du meilleur scénario original. C’est la première fois que je suis confrontée à un livre tiré d’un film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *