Treize raisons – Jay Asher

Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. D’abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails.

Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

La prémisse de ce livre est intéressante. À la suite du suicide d’une collègue de classe, Clay reçoit des cassettes enregistrées sur lesquelles il a la surprise d’entendre Hannah, qui raconte ce qui, et ceux qui, l’a amené au suicide. Ça sonne un peu morbide dit comme ça, mais c’est amené de façon intéressante. On suit Clay qui écoute les cassettes afin de comprendre son implication dans tout ça. Au fil des histoires d’Hannah, on comprend que ce n’est pas un gros événement qui a tout chamboulé, mais bien plusieurs petits, qui, additionnés, lui semblaient trop lourds à supporter.

Par contre, à la longue, j’ai trouvé que Hannah se déresponsabilisait un peu de sa décision, même si elle finit par admettre qu’elle aurait pu changer certaines choses. Je ne dis pas qu’elle n’avait pas raison de trouver difficile ce qu’elle a vécu, certains événements en particulier, mais la façon dont c’est amené dans le livre, j’ai eu l’impression qu’elle se portait en victime, avant de vivre quoi que ce soit. C’est difficile à expliquer.

Ça demeure tout de même un très bon livre à faire lire aux jeunes afin de leur faire réaliser les impacts que peuvent avoir leurs gestes et même, une seule parole.

Laisser un commentaire