Le carnet de Grauku – Sophie Laroche

Si tout a dérapé, c’est seulement parce que je n’en pouvais plus de voir la photo de mon cul partout… C’est déjà si dur d’avoir à le traîner! Je sais, je sais… Je ne devrais pas utiliser le mot « cul ». Ce n’est pas un mot très « littéraire »…

Mais ce qui suit n’est pas une histoire gentille. Quand une gang de filles vraiment pestes ont photographié mes fesses à la piscine et ont fait circuler la photo de cellulaire en cellulaire, j’ai réagi comme d’habitude : je me suis bourrée de chocolat et je me suis défoulée sur mon blogue. Puis cette fille, « Kilodrame », m’a laissé un message. Elle avait un moyen de me libérer complètement de mes problèmes de poids et de mes obsessions de bouffe. Une idée de carnet…

Oui, j’ai maigri. Oui, j’ai enfin découvert la vie. Mais pas celle que j’imaginais…

Si vous voulez des beaux mots, gentils et propres, il faut choisir un autre livre. Lire le trépidant quotidien de Lisa, la belle Lisa, la mince Lisa. Ou de sa copine Justine, si jolie et si fine. Et me laisser, avec mes kilos en trop et mes bourrelets, en marge de la page. Moi, c’est une histoire de cul que j’ai à raconter. Mais pas celle à laquelle vous vous attendez!

Encore une fois, un livre pour adolescents qui ose parler des vraies choses en utilisant les vrais termes, et surtout, en concluant la situation de façon réaliste, et non pas rose bonbon comme ça arrive trop souvent. Manon fait de l’embonpoint, à quel point, on ne le sait jamais et ce n’est pas réellement important. Un jour, des collègues de classe lui photographient le derrière alors qu’elle se change dans les vestiaires. Non seulement elle découvre que la vie au secondaire est cruelle, mais en plus, elle s’aperçoit qu’elle est beaucoup plus grosse qu’elle le pensait et décide de se mettre au régime. À l’aide de son blogue, et de son surnom, Grauku, elle commence à tester différentes façons de perdre du poids. C’est à ce moment que Kilodrame entre dans sa vie. Cette fille dit vouloir l’encourager dans son processus et lui donne un truc infaillible à son avis : écrire dans un carnet tous les aliments qu’elle ne doit plus manger. Au fil des semaines, et des résultats positifs sur la balance et dans sa vie amoureuse, Manon ajoute de plus en plus d’aliments à son carnet, ce qui ne manque pas d’alerter son entourage. Une histoire à mettre entre toutes les mains d’adolescents, filles ou gars, minces ou enrobés. Une belle découverte.

Extras – Scott Westerfeld

Plusieurs années se sont écoulées depuis que la rebelle Tally a renversé le système des Uglies, des Pretties et des Specials. Débarrassé de ces castes, le monde connaît une véritable renaissance, sous le regard permanent de mille millions de caméras. La société n’est plus qu’une gigantesque émission de télé-réalité. La célébrité règne sur le monde…

Une chose pourtant n’a pas changé : les moins de seize ans ne sont pas censés se montrer en ville. Surtout quand on est une Extra comme Aya, une anonyme au rang facial ridicule. Sa seule chance de s’arracher à la médiocrité : claquer sur le nouveau réseau une histoire inouïe et… dangereuse.

Le culte de la beauté? C’est terminé! Tally a renversé le système, mais peut-être par pour le meilleur. Maintenant, c’est la claque qui compte. Qu’est-ce que c’est? On pourrait traduire cela par blogue vidéo. En atteignant l’adolescence, tout le monde reçoit un site sur lequel les gens doivent « claquer » des histoires. Le but? Devenir populaire! Plus l’histoire fait du bruit, plus les gens en parlent (en ligne et en vrai, puisque la ville balaye les conversations des gens pour savoir de qui on parle le plus), plus le « claqueur » devient populaire et augmente son rang facial. Les plus populaires obtiennent des privilèges. L’argent n’existe pas non plus, maintenant, c’est avec du mérite qu’on achète les choses. Par exemple, faire du bénévolat donne du mérite. Mais avoir un nouveau vêtement coûte du mérite.

J’ai trouvé que la série reprenait un peu d’intérêt avec ce tome. J’ai bien aimé le parallèle claque-blogue. J’espère seulement que le cinquième – et j’espère dernier – opus sera à la hauteur et ne sera pas qu’une sauce étirée pour profiter de la vague. Surtout avec une dédicace comme : « À tous ceux qui m’ont écrit pour me révéler le sens secret du mot trilogie ».

Tome 1 : Uglies
Tome 2 : Pretties
Tome 3 : Specials

Une nuit pour tout changer – Josée Pelletier

Il est membre de l’équipe de hockey midget AAA, elle fait partie de l’élite du Québec en patinage artistique. Deux jeunes. Deux univers. Et un seul destin.

Une lecture pour les adolescents qui se reconnaîtront sans aucun doute dans les questionnements et les révoltes – souvent justifiées – de Raphaëlle et Tristan. J’ai apprécié ma lecture, même si je ne fais visiblement pas partie du public cible. D’ailleurs, je me demande encore comment ce livre est apparu sur ma LAL. J’ai trouvé que tout se terminait un peu trop bien un peu trop vite, mais, c’est la règle du genre. Un livre que j’aurais sans aucun doute dévoré à l’adolescence.

Entre Dieu et moi, c’est fini – Katarina Mazetti

Linnea a seize ans, plein de complexes, et pas mal de questions qui lui trottent dans la tête. La seule qui la comprenait, c’était Pia. Sa meilleure amie, son amie pour la vie. Enfin, pour cent vingt jours, « sans compter les week-ends », Linnea a fait le calcul une fois. Maintenant que Pia est morte.

Avec Pia, elle pouvait parler de tout : de l’amour, de la mode, de Markus, le beau gosse dont toutes les filles rêvent, de son père qu’elle voit deux fois par an, de sa mère qui a une liaison tumultueuse. Et de Dieu. Qu’est-ce que ça signifie « croire en Dieu »? Car ce n’est pas exactement la même chose que le père Noël. Une chose est sûre, ce n’est pas la peine de compter sur Dieu pour résoudre les équations du second degré.

Seulement, voilà, Pia s’est jetée sous un train. Alors, Linnea se souvient, puisque comme dit son excentrique grand-mère, « pour pouvoir oublier quelque chose, il faut d’abord bien s’en souvenir ».

Un livre et une écriture simples, mais combien touchants. En fait, Linnea est touchante, touchante de vérité. Son histoire n’est pas facile : sa meilleure amie vient juste de se suicider. On n’en parle pas beaucoup, on effleure à peine le sujet, mais c’est assez pour nous faire comprendre tous les bouleversements que cela provoque chez Linnea. Sans être centré ce drame, le livre évoque la vie trouble que peut être celle d’une adolescente. Une adolescente différente, mais également comme toutes les autres : elle n’a rien de plus, rien de moins, avec tous les questionnements que cela apporte.

Il s’agit du premier livre d’une trilogie, je poursuivrai la découverte de l’univers de Linnea avec plaisir, en espérant que l’auteure ait été plus douce envers son héroïne.

S’embrasent

09-sembrasent-max-2Dans la cour d’école, Jonathan embrasse Latifa. C’est un coup de foudre qui bouleverse les témoins de la scène – les filles, les garçons, les profs et même le directeur – une passion qui, telle une éclipse observée à l’œil nu, les éblouit et brûle leurs regards. Au croisement du clip et de l’oratorio, cette partition lumineuse mêle audacieusement poésie, danse et musique, pour venir raviver en chacun de nous la flamme et l’émoi du premier amour.

Quelle belle pièce! Une heure de pure émotion! L’adolescence n’est pas caricaturée, au contraire, elle est vraie et magnifiée. Les acteurs ne jouent pas à l’adolescent, ils sont des adolescents. Le décor, la mise en scène, le jeu des acteurs, les costumes, et le texte, surtout le texte, font en sorte qu’on y croit. On y croit à ce coup de foudre qui bouleverse tout le monde, même le directeur. Au début, les mots crus font rire, parce qu’on n’est pas habitué de les entendre dans un lieu « sacré » comme le théâtre, mais ils font partie de l’histoire et, graduellement, on ne les relève plus. On quitte la salle, ému de tant de vérité. À la sortie, j’ai entendu quatre jeunes d’environ 16 ans déclarer : « on a tellement passé une belle soirée ». Ils ont raison… Une magnifique soirée.

Une création du Théâtre Bluff.

Confession d’une grosse patate – Susie Morgenstern

grossepatateSusie Morgenstern, auteure jeunesse réputée, dévoile son problème de poids. Elle raconte ses régimes, ses efforts pour ne plus penser à manger, son rapport particulier avec la nourriture.

Un livre tiré d’une série pour les adolescents, la série « Confessions ». Ici, c’est l’auteure Susie Morgenstern qui nous ouvre un pan de son passé, de son adolescence. Déjà, le titre frappe. Mais surtout, c’est le propos qui va droit au but. Ayant moi-même un problème de poids, j’ai été touchée par le témoignage de l’auteure. On vit les mêmes doutes, les mêmes questionnements, rejets, découragements. Bien que je n’aie jamais eu de troubles alimentaires, je me suis identifiée à l’auteur. J’espère que plusieurs adolescents, qu’ils aient un problème pondéral ou pas, liront ce livre et comprendront que, malgré les apparences, on est tous pareils.

Uglies – Scott Westerfeld

ugliesDans le monde de l’extrême beauté, les gens normaux sont en danger. Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s’apprête à subir l’opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n’aura plus qu’une préoccupation, s’amuser… Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l’entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu’un secret d’État : une manipulation. Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection?

J’ai réservé ce livre à la bibliothèque sur un coup de tête, après l’avoir vu en vedette sur le site d’une librairie connue. C’est plutôt un livre pour adolescents, mais j’ai bien apprécié ma lecture. À quel point certaines personnes ont déjà désiré qu’une opération pour rendre tout le monde beau et sur le même point d’égalité existe? Je crois que c’est une belle métaphore de comment on se sent à l’adolescence, alors que notre corps change, et pas toujours en même temps. Voir Tally que la beauté n’est peut-être pas nécessairement ce qu’elle croyait est vraiment marquant. Je comprends pourquoi ce livre a reçu plus de vingt récompenses, les adolescents qui le lisent doivent vraiment se reconnaître dans le questionnement intérieur de Tally. Une lecture légère, mais qui fait réfléchir. Je suis maintenant sur la liste d’attente pour la suite, Pretties.