Une personne à part entière – Gunilla Gerland

C’est l’histoire d’une petite Suédoise qui ne savait pas ce qu’elle avait, pourquoi elle était si différente, qui aurait voulu être « quelqu’un » et qui avait fini par s’apercevoir après diverses expériences plus ou moins heureuses qu’elle était atteinte d’autisme dit « de haut niveau » par les spécialistes.

De quoi s’agit-il? L’autisme, tout le monde en parle sans toujours savoir exactement de quoi il retourne même depuis qu’un médecin autrichien Hans Asperger (1906–1980) en a établi le syndrome.

On le saura en lisant cette saga autobiographique parfois déroutante parfois divertissante, mais tragique aussi de Gunilla Gerland.

On reste dans le même thème avec un autre livre qui fait vivre l’autisme de l’intérieur. Cette fois-ci, on suit une seule personne, Gunilla, qui est atteinte d’autisme, mais dont son diagnostic n’aura lieu qu’à 29 ans. Pendant tout ce temps, elle se croit anormale et finit par croire ce que son entourage lui répète sans cesse : elle n’est qu’une paresseuse capricieuse. On comprend les raisons de certaines de ses obsessions et de l’hypersensibilité de ses sens. Une lecture parfois difficile, mais toujours intéressante. L’histoire d’une jeune fille née avec une différence que personne ne voit et, de surcroît, dans un milieu difficile. Du point de vue plus technique, la traduction est parfois laborieuse et j’ai souvent été dérangée par les doubles et même triples espaces entre les mots. Déformation professionnelle…

Laissez entrer les idiots – Kamran Nazeer

Kamran Nazeer est autiste. En 1982, à l’âge de quatre ans, il entre dans une petite école primaire spécialisée new-yorkaise en compagnie d’autres enfants autistes.

20 ans plus tard, alors qu’il s’est forgé une vie presque « normale », il part à la recherche de ses copains d’enfance.

Il retrouve quatre d’entre eux, ceux qui s’étaient surnommés « les idiots », quatre autistes aux vies surprenantes, déconcertantes, différentes.

André, Randal, Elizabeth et Craig: un informaticien qui communique ses émotions par le biais de marionnettes : un coursier qui aime garder les yeux fermés à vélo; une pianiste surdouée; un rédacteur de discours incapable de croiser un regard.

Quatre vies et autant de parcours étonnants depuis l’école jusqu’à aujourd’hui.

Laissez entrer les idiots est un témoignage authentique, captivant et attachant.

L’autisme m’a toujours intéressée, sans que je ne sache pourquoi. En fait, aussitôt que j’ai découvert cette réalité dans les livres de Torey Hayden, j’ai lu beaucoup de livres, documentaires et romans, à ce sujet. Par contre, c’est la première fois que je lis un livre écrit par un autiste et qui nous décrit, de l’intérieur, comment il voit le monde et comment ses camarades de classe ont, ou pas, réussi à vivre une vie normale. J’ai bien aimé pouvoir avoir des explications sur la raison de certains comportements (comme la cohérence locale) et voir défait les mythes selon lesquels tous les autistes ont des dons extraordinaires (mémoire des dates, multiplication mentale à plusieurs chiffres, mémoire phénoménale). Je n’avais pas réalisé à quels points ces mythes pouvaient mettre une pression supplémentaire sur ces enfants. Une belle découverte.