Une baleine chez le dentiste

Hygiéniste : On va passer les radiographies
Moi : Même si je suis enceinte?
Hygiéniste : Vous êtes enceinte??
Moi : Ehh, oui.
Hygiéniste : Combien de temps?
Moi : 8 mois
Hygiéniste : Oh, je vois, bien, dans ce cas-là, on ne les fera pas… Ah, et félicitations!

Note : je n’avais pas mon manteau et j’étais de profil…

Une baleine dans le métro

J’entre dans le métro bondé, évidemment, il n’y a pas de place et personne ne me voit (ou ne veut me voir). Près de moi, il y a un jeune couple, la fille est assise et le gars est debout devant elle.

– Lui : Regarde, elle est enceinte, tu devrais lui donner ta place
– Elle : Je l’ai pas vue
– Lui : Ben, je te le dis, lève-toi
– Elle : Je l’ai pas vue
– Lui : Tu me niaises?
– Elle : De toute façon, j’suis pas sûre qu’elle est enceinte, je pourrais l’insulter
– Lui : T’es co….

Conclusion : je m’en suis pas mêlée et je me suis assise 4 stations plus loin quand quelqu’un est sorti. Je sais pas si je dois prendre ça pour un compliment de pas avoir l’air enceinte à 8 mois avec mon manteau qui ferme à moitié…

Une baleine dans le stationnement

Contexte : je me stationne à la gare à 5h50 du matin, c’est souvent moi qui pars une nouvelle rangée et je m’arrange toujours pour être stationnée entre deux lignes.

J’arrive hier soir, il y a un taouin qui a décidé qu’il y avait de l’espace entre moi et la voiture à gauche de la mienne : résultat, impossible pour moi d’entrer dans ma voiture par le côté conducteur. Même L’Homme n’aurait pas été capable. En fait, à voir les traces dans la neige, le taouin en question est probablement sorti par la valise de son auto parce qu’il tout aussi collé sur l’autre auto.

Quand même chanceuse, je peux accéder au côté passager… Mais, je suis enceinte de 8 mois! J’ai beau essayer, je n’ai pas la souplesse nécessaire pour passer par dessus le bras de transmission…

Merci à la gentille agente de sécurité de l’AMT qui a accepté, même si c’est contre le règlement, de se glisser dans ma voiture et de l’avancer pour moi.

Croyez-moi, ce matin, je vais me stationner à côté d’un terre-plein, c’est sûr qu’il ne bougera pas, lui!

Pesée de la semaine et objectifs

Résultat : +2,3

Je m’en doutais. J’ai fait beaucoup d’exercices cette semaine, mais j’ai fait la gaffe de monter sur la balance mardi matin. J’y voyais un plus et ça m’a découragée, avec tous les efforts que j’avais faits. En plus, on n’arrête pas d’avoir des problèmes qui nous tombent dessus avec la maison qu’on a achetée, c’est décourageant. Par contre, ça suffit! Ce n’est pas vrai que je vais me laisser manger par mes émotions. Ça ne me soulage même pas, je fais juste me sentir un peu plus mal après.

En janvier, lors de la reprise officielle de mon défi Poids Plume, je m’étais fixé des objectifs à atteindre dans l’année en cours. Je suis heureuse de voir que je les ai tous, ou presque, atteints!

  • Retrouver mon poids d’avance la grossesse : objectif atteint le 30 mars 2012.
  • Perdre 20 livres supplémentaires avant mon retour au travail : objectif atteint le 10 août 2012, soit 1 mois jour pour jour avant mon retour au travail.
  • Perdre 15 livres supplémentaires avant ma prochaine grossesse : très réaliste! Après la pesée d’aujourd’hui, il me reste 15,2 livres à perdre. Par contre, comme nous n’avons pas l’intention de commencer les essais avant l’été prochain, j’aimerais avoir perdu ce poids pour la fête de Bébé J., le 20 octobre.

Donc, nouveaux objectifs :

  • Perdre 15,2 livres d’ici le 20 octobre, et ainsi tomber sous les 200 livres.
  • Perdre 20 livres supplémentaires d’ici les essais pour Bébé 2!

Pesée de la semaine

Résultat : -1,4 lb!

Victoire! J’ai officiellement retrouvé mon poids d’avant ma grossesse! Je suis vraiment heureuse. Avant de tomber enceinte, j’avais perdu 25 livres et je venais enfin de dépasser mon plateau de 240 livres. Chaque fois que je perdais du poids, je bloquais à 240 lb et ça ne voulait pas descendre. Cette fois-là, à force de persévérance, j’avais réussi à descendre en bas de ce seuil et j’avais peur que ce soit encore une bataille.

Bien non, je pèse actuellement 236,3 lb, soit le poids le plus bas que j’aie eu depuis 10 ans, et ce, malgré une grossesse qui m’a fait prendre 45 lb.

C’est sûr qu’il me reste encore 76,3 lb à perdre pour atteindre mon objectif final, mais je sais que c’est réalisable et que je vais y arriver. C’est sûr qu’une autre grossesse dans les prochaines années va sûrement ralentir ma perte, mais je n’ai plus peur et je sais que je serai capable d’y arriver malgré ça.

Là, je veux atteindre le 220 lb, minimum, avant mon retour au travail en octobre.

J’ai commencé le cardiopoussette cette semaine. Je préfère mon groupe du lundi, qui est plus sociable, mais mon groupe du jeudi est beaucoup plus fort (certaines filles en font pour la sixième fois), ce qui me force à me dépasser. Je recommence l’aquapoussette mardi. Je suis plus en forme que jamais et, avec notre nouveau lit qui arrive aujourd’hui, je devrais retrouver un sommeil plus réparateur et me lever avec moins de douleur au dos.

Sinon, je suis encore en physio pour ma tendinite à l’épaule gauche. Je trouve que ça n’avance pas vite, mais il faut dire que je ne suis pas censée lever des objets lourds, mais je suis seule avec un bébé de 16 lb tous les jours, alors ça guérit plus lentement!

Malgré tout, je garde ma motivation!

Un, deux, trois, GO!

Le tabou de la préférence

Quand j’étais enceinte, avant mon échographie morpho, on me demandait souvent si je voulais un garçon ou une fille. Comme tout le monde, je pourrais répondre que je voulais juste avoir un bébé en santé, mais j’avais une préférence. J’ai toujours voulu avoir au moins une fille et j’espérais que mon premier enfant soit une fille, pour enlever la pression pour le ou les prochains. Apparemment, les gens posent la question, mais ne veulent pas entendre la réponse. C’est comme si en ayant une préférence, on choisissait le sexe plutôt qu’un bébé en santé. Tout le monde veut un bébé en santé, jamais on entendra quelqu’un dire qu’il veut un bébé malade ou handicapé. Encore maintenant, quand j’avoue que j’avais une préférence, on me regarde comme si c’était épouvantable.

J’ai eu une fille et j’en suis très heureuse. Ça semble sans doute superficiel, mais je sais que je n’aurais pas été déçue plus que ça si Bébé J. avait été un garçon. Je n’ai pas de préférence pour le sexe du prochain bébé. Ça fait de moi quelqu’un de moins monstrueux aux yeux de plusieurs personnes.

Au final, je suis certaine que je ne suis pas la seule à avoir eu une préférence, mais combien n’ose pas en parler de peur de passer pour quelqu’un de superficiel qui ne réclame pas à grand cri un bébé en santé…

À faire ou à ne pas faire à la prochaine grossesse

Avec du recul, il y a plusieurs choses que je ferais différemment si je devais revivre ma grossesse et que je ferai sans doute différemment la prochaine fois. Il ne s’agit de rien de majeur, mais ça rendrait l’expérience plus intéressante.

Premièrement, je continuerais à faire de l’exercice. J’ai arrêté complètement par peur. Même si ma tête savait qu’il n’y avait pas de danger, je ne pouvais m’empêcher d’avoir peur. Surtout qu’on m’avait dit que j’avais 50 % des chances de tomber enceinte et 50 % des chances de le garder. Maintenant, je sais que ma peur était déraisonnable et que l’après accouchement aurait été plus facile si j’avais maintenu un minimum d’activités physiques, surtout que ça allait super bien pour moi de ce côté-là et que je ne partais pas de zéro. Je ne referai pas la même erreur la prochaine fois.

Aussi, je ne demanderai pas le sexe du bébé la prochaine fois. J’ai une amie qui ne l’a pas fait et elle raconte son accouchement d’une telle façon, que ça m’a donné le goût de vivre cette expérience, d’autant plus que j’aurai une césarienne planifiée la prochaine fois, alors ça nous laissera un élément de surprise. Il me reste à convaincre M. X par contre et à ne pas succomber à l’échographie.

Je n’irais pas au Salon Maternité Paternité Enfants et, SURTOUT, je ne remplirais aucun coupon, peu importe la beauté du prix! Près de 1 an après, je reçois encore des téléphones pour me vendre des programmes d’épargne étude, pour m’offrir des photos gratuites ou pour me donner des prix que j’ai supposément gagnés, mais pour lesquels je dois me déplacer à une conférence ou recevoir un représentant chez moi. Je n’ai rien après à ce salon et je suis harcelée depuis 1 an. C’est mon erreur, mais on ne m’y reprendra plus!

Je me mettrais moins de pression pour être parfaite en tout : maintenir ma maison propre, être au sommet au travail, maintenir ma vie sociale. Je me donnerais la permission d’être fatiguée, surtout au début. Par contre, je ferais plus attention à mon alimentation et j’essaierais de moins céder à toutes mes pulsions, du moins, moins souvent. Au début de ma grossesse, j’avais des rages de Yop aux bananes, ce qui n’est pas si pire, mais vers la fin, c’était les hamburgers. C’était rendu un running gag au travail tellement j’en mangeais souvent.

Je ne revivrai pas de grossesse avant 2013, mais je serai plus préparée, surtout que Bébé J. était un bébé surprise. Je sais que je serai plus à l’aise avec le prochain bébé, mais ça se reflétera aussi dans la fabrication du bébé!

Pesée du mois

Résultat : -27,4 lb!

J’ai osé affronter la balance ce matin, alors que bébé J. va avoir 1 mois dimanche. Le résultat est mieux que je croyais. Il me reste 14,7 livres à perdre avant d’atteindre mon poids avant ma grossesse. Ça me soulage, surtout qu’avec un bébé deux semaines en retard plus la rétention d’eau, j’avais atteint un chiffre qui me faisait peur!

Bon, pour l’instant, je vais me contenter d’essayer d’avoir trois repas par jour, ensuite, trois repas par jour sain (une étape à la fois, juste manger est parfois un défi avec le bébé). Quand ma plaie sera guérie (eh oui, parce qu’en plus d’avoir une césarienne d’urgence, la plaie s’est infectée et je dois aller au CLSC tous les jours depuis 2 semaines… d’où aussi le manque de temps pour manger), je vais me remettre tranquillement à l’activité physique. J’ai tellement hâte de faire autre chose que de prendre des marches.

Je ne me pèserai pas régulièrement pour le moment, mais je voulais avoir un point de repère.

Mise à jour grossesse

Ça fait longtemps que je n’en ai pas parlé… Eh oui, je suis encore enceinte! Ma date prévue était le 6 octobre, mais bébé J. ne semble pas pressée de venir au monde! Dire que j’ai hâte de lui voir la bette serait un énorme euphémisme. Je ne me peux plus! La porte est fermée à double tour encore… Vendredi, je suis allée voir mon ostéopathe et mardi, on essaie l’acupuncture. On verra bien. Jeudi, je vais passer des tests à l’hôpital pour nous assurer que bébé va bien et qu’elle se nourrit encore suffisamment. Si j’ai un peu de travail de fait, je serai également provoquée cette journée-là, sinon, ça va attendre au 19 octobre.

J’espère ne pas me rendre là…

Retour à l’entraînement

Je ne pensais jamais dire ça un jour, mais je m’ennuie des semaines où je m’entraînais 3 à 5 fois. C’est environ en septembre 2010 que je me suis réellement prise en main et que j’ai décidé de changer ma vie pour de bon. Résultat : j’ai perdu près de 25 livres en 6 mois.

Bon, ensuite, je suis tombée enceinte, ce qui m’a évidemment fait mettre ma prise de poids et mon entraînement intensif de côté, bien que j’aie gardé mes bonnes habitudes alimentaires (c’est plus qu’important en ce moment!)

Bien sûr, j’ai essayé de rester active le plus possible, même si j’ai rapidement dû me rendre à l’évidence que je ne pouvais pas faire tout ce que je voulais, ce qui était frustrant par bout. Présentement, je suis au stade où juste monter des escaliers me donne de la difficulté à respirer. C’est un peu fâchant, vu tous les efforts que j’ai mis à améliorer mon endurance respiratoire et cardiaque, mais je sais que ce n’est que temporaire, bien que j’aurai une pente à remonter après.

Cela étant dit, je ne sais pas comment je me sentirai après l’accouchement, mais j’ai vraiment hâte de recommencer l’entraînement. Maintenant, ce n’est plus dans le but seulement de perdre du poids – bien que ça restera mon objectif principal –, mais bien parce que ça fait maintenant partie de ma vie et que j’ai dû mal à m’en passer. Je croyais que tout serait à recommencer de zéro après la venue du bébé, mais je sais que la motivation est toujours là.

Bébé J. est mieux d’aimer le plein air, parce qu’on va marcher cet automne!