Quand vous lirez ce livre… – Sally Nicholls

Je m’appelle Sam.
J’ai 11 ans.
Je collectionne les histoires et les objets incroyables.
J’ai une leucémie.
Quand vous lirez ce livre, je ne serai peut-être plus là.

Un livre très touchant. Sam est atteint de leucémie et, dès le début, on sait qu’il ne s’en sortira pas. Comment un enfant de 11 ans peut gérer l’éventualité de sa mort prochaine? C’est ce qu’on voit au fil de ces pages. On voit également la détresse des parents qui ne savent pas comment réagir devant ce drame. Est-ce qu’on oblige Sam à vivre une vie normale, qui inclut l’école, les devoirs, les responsabilités? Ou doit-on le couver, lui céder ses caprices, le laisser faire ce qu’il veut? Comment réagissent les autres enfants dans cette situation? Un livre rempli de sensibilité et, pour une rare fois, un livre jeunesse qui traite de la mort de façon délicate, vraie et non pas métaphorique et qui ne diminue pas la gravité de la situation. Une lecture que je recommande à tous.

Ophélie – Charlotte Gingras

Depuis longtemps, Ophélie rêve d’avoir un endroit à elle, loin du regard et du bruit des autres. Elle croit avoir enfin trouvé, lorsqu’elle s’aperçoit que quelqu’un occupe déjà les lieux. Bien décidée à rester, Ophélie est obligée de partager l’espace avec cet Ulysse qui est tout à fait son contraire. Commence alors une guerre de tranchées où chacun défend son territoire. Mais, peu à peu, des liens se tissent.

Ophélie a vraiment été un roman coup de cœur pour moi. Si seulement j’avais pu lire ce livre à l’adolescence, je crois que ça m’aurait réellement fait du bien. Ophélie est une jeune fille marginalisée par les autres élèves de sa classe. Elle essaie de passer inaperçue sous ses vêtements trop grands pour elle. Elle a une situation familiale difficile, alors qu’elle ne connaît pas son père et qu’elle a déjà été retirée à sa mère qui avait des problèmes de consommations. Elle vit dans la peur que sa mère redevienne inapte. De plus, j’ai trouvé que, pour une fois, la découverte de la sexualité se faisait d’une façon crédible. En général, soit tout va tellement bien que ça peut créer des complexes ou, au contraire, la sexualité est abordée plus par ses conséquences (MTS, grossesse, etc.) Ici, on sent que c’est réel et près de la réalité d’une adolescente de notre époque.

Je me suis reconnue dans plusieurs des situations vécues par Ophélie. Comme elle, je passais mes émotions en dessinant et j’aurais bien aimé trouver un endroit où me réfugier et me sauver de mes bourreaux. Ce livre a gagné de nombreux prix et je comprends pourquoi. Les dessins de Daniel Sylvestre ajoutent à l’univers du livre. Un livre que j’ajouterai à ma bibliothèque.

Tobie Lolness; Les yeux d’Elisha – Timothée de Fombelle

Le monde de Tobie est menacé! Le grand chêne est blessé à mort par un cratère qui ronge son cœur. Les mousses et les lichens ont envahi ses branches. Léo Blue règne en tyran sur les Cimes et retient Elisha prisonnière. Les habitants se terrent. Les Pelés sont chassés sans pitié. Pourtant, dans la clandestinité, Tobie se bat, et il n’est pas seul. Au plus dur de l’hiver, la résistance prend corps. Tobie parviendra-t-il à délivrer les siens et à sauver son monde fragile? Retrouvera-t-il Elisha?

Dans cette suite, on exploite à fond le thème de la surexploitation des ressources. On voit le monde de Tobie disparaître peu à peu et le grand chêne dépérir. Les habitants de l’arbre doivent alors laisser tomber leurs préjugés et laisser les Pelés les aider, malgré la peur de la différence. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai eu plus de mal à suivre l’histoire de ce tome, comme si les personnages se mêlaient dans ma tête. Néanmoins, j’ai aimé connaître la fin des aventures de Tobie et, bien que prévisible, ce livre a été rafraîchissant.

Tobie Lolness; La vie suspendue – Timothée de Fombelle

Se cachant au creux des écorces, courant parmi les branches, épuisé, les pieds en sang, Tobie fuit, traqué par les siens… Tobie Lolness ne mesure pas plus d’un millimètre et demi. Il appartient au peuple qui habite dans le grand chêne depuis la nuit des temps. Parce que son père a refusé de livrer le secret d’une invention révolutionnaire, sa famille a été exilée, emprisonnée, condamnée à mort. Seul Tobie a pu s’échapper. Mais pour combien de temps?

À première vue, ça semble difficile comme livre pour les jeunes, mais après un début un peu dur, la suite continue dans un univers plus facile à accepter. J’ai beaucoup aimé le principe d’humains de un à deux millimètres qui vivent dans l’écorce d’un arbre. Aller à la cime, c’est gravir l’Everest. Les descriptions sont telles qu’on se voit vraiment, allant d’une branche à l’autre en bravant les dangers : vent, pluie, oiseau, mouche! Ce livre aborde plusieurs sujets d’actualités de façon subtile : soif de pouvoir, guerre de territoires, surexploitation des ressources, racisme, lutte des classes, etc. Un livre où l’univers créé par l’auteur nous fait parfois oublier le but de l’histoire, mais on se laisse guider et tout revient. Ce livre a gagné plusieurs prix, dont le Prix Saint-Exupéry 2006, le Prix Tam-Tam 2006 et le Prix Sorcières 2007. Une belle lecture à partager.

Hésitations – Stephenie Meyer

hesitations« Deux futurs, deux âmes soeurs… C’était trop pour une seule personne. Je compris que ce n’était pas Edward et Jacob que j’avais essayé de réconcilier, c’étaient les deux parts de moi-même, la Bella d’Edward et la Bella de Jacob. Malheureusement, elles ne pouvaient coexister et j’avais eu tort de tenter de les y contraindre. À présent, je ne doute pas de ce que je désire, ni de ce dont j’ai besoin… ni de ce que je vais faire, là, maintenant. »

Déchirée entre un vampire et un loup-garou, Bella hésite… enfin! Depuis le début, même avec sa fascination, ça devient étrange de voir à quel point elle n’a pas peur. Tu côtoies un vampire et un loup-garou au quotidien et la seule chose dont tu as peur, c’est d’assister à une fête? Bien, voyons! Je crois que c’est dans ce tome qu’on voit poindre un peu plus les idéologies religieuses de l’auteur. Edward qui a peur pour l’âme de Bella et qui veut sauver sa vertu, ainsi que la sienne, qui tout ce qui lui reste après avoir transgressé tous les péchés capitaux.

Alors que le premier tome m’avait surprise par l’utilisation de verbes compliqués, celui-là m’a irritée par l’utilisation abusive du mot « derechef ». Je sais bien qu’on a tous nos tics d’écriture, mais quelqu’un devrait dire au traducteur qu’écrire trois fois le même mot dans une page nécessite l’achat d’un dictionnaire des synonymes.

Au final, j’ai bien hâte de voir comment l’auteure va terminer sa saga!

La petite rapporteuse de mots – Danielle Simard

rapporteuseLa grand-mère d’Élise connaissait quantité de mots, et des mots difficiles! Mais depuis quelque temps, elle ne retrouvait plus ses mots. En s’amusant à l’aider, Élise comprend : Mamie ne perd pas ses mots, elle les lui donne. Quel précieux héritage!

Très beau livre pour expliquer l’Alzheimer aux enfants. Ayant une grand-mère qui est atteinte de cette maladie depuis plus de 20 ans, je me suis reconnue dans les questionnements d’Élise. Les illustrations de Geneviève Côté sont très belles et les conclusions d’Élise sur les origines de la maladie de sa grand-mère sont rafraîchissantes de naïveté. Un très bel album à partager avec des enfants.