Le club Jane Austen – Karen Joy Fowler

La Californie, par un été caniculaire. Les grandes et les petites histoires d’un club singulier qui compte six membres. Soit un pour chaque livre de Jane Austen. Car, comme d’autres jouent au bridge, cinq femmes et un homme se rencontrent régulièrement autour de l’oeuvre de Jane Austen. S’ensuit une sublime chronique sur l’air du temps où la voix de la plus grande romancière anglaise vient éclairer l’éternelle tragi-comédie des sentiments, et son tourbillon de rencontres, d’épreuves, de séductions et de jeux entre l’impossible et le possible que seul peut dénouer l’amour. Car, comme vont le découvrir les membres du club, il n’est peut-être de plus belle fiction que la plus ordinaire des vies.

J’ai bien aimé la lecture de ce livre. C’est léger et ça permet de voir les livres de Jane Austen sous un autre angle, même si le club de lecture n’est qu’un prétexte. Chaque fois que le club se rencontre chez un des membres, on nous raconte la vie de cette personne et on voit ainsi comment son interprétation des livres d’Austen est influencée par sa vie et ses expériences. On voit ainsi la vie de personnes ordinaires qui ont un point en commun : l’adoration de l’auteure d’Orgueil et préjugés.

Ça m’a donné le goût de lire, ou relire, les livres de Jane Austen. D’ailleurs, l’histoire de Le club Jane Austen est parsemée de citations des livres qui sont étudiés par le club de lecture, et aussi de citations d’autres livres, qui viennent appuyer les opinions des personnages.

Il faut cependant être avisé : on dévoile beaucoup sur les livres à l’étude, la fin est rarement épargnée. Ce qui est sans doute normal, car quel club ne parlerait pas de la fin des livres?

D’ailleurs, à la fin du livre, il y a un guide de lecture. Les livres y sont résumés de façon très très détaillée, et là, aucune échappatoire possible : tous les faits saillants sont décrits et la fin est expliquée de façon très explicite. Il y a également une section avec des critiques de la famille de Jane Austen, consignée par l’auteure elle-même, sur ses livres. Il y a aussi des critiques parues dans les journaux, entre 1812 et 2003. Certaines d’auteurs reconnus, comme Mark Twain, Henry James, Rudyard Kippling, C.S. Lewis, et même, J.K. Rowling. Il y a finalement une section pour les clubs de lecture qui liraient ce livre, avec des questions que pourraient poser les différents protagonistes du roman.

Il y a par contre quelques trucs qui m’ont agacée. La traduction est nulle, il y a de nombreuses fautes, mais c’est surtout la ponctuation qui est difficile à suivre. Elle est soit absente ou en trop. De plus, il y a un des personnages qui enseigne le français. Dans le livre, il y a des astérisques à côté des mots et expressions qui étaient en français dans le texte original. Plusieurs comportent des fautes, surtout de sens. Reste à voir si c’est la traduction qui a encore fait des siennes, ou si c’est l’auteure qui les a écrits comme ça. C’est bien la première fois que je regrette vraiment de ne pas avoir lu un livre dans la langue d’origine.

People or not people – Lauren Weisberger

Un job qu’elle déteste, un patron méprisant, une vie sentimentale réduite à néant alors que sa meilleure amie se fiance : pour Beth, c’en est trop! Elle décide de reprendre son destin en main et démissionne sur un coup de tête. Après un repos bien mérité devant sa télé, elle accepte, poussée par son oncle Will, un boulot dans une boîte de communication. Son quotidien prend soudain une tout autre tournure : Beth troque ses pantoufles contre des escarpins et son farniente contre un agenda de ministre. Embarquée dans le tourbillon de la vie nocturne new-yorkaise, elle savoure les petits plaisirs que lui offre cette situation, jusqu’à ce qu’elle découvre que la presse people s’intéresse de près à ses nuits mouvementées…

En gros, c’est un peu la même histoire que Le diable s’habille en Prada, mais dans une boîte de relation publique. Par contre, je trouve que les intrigues parallèles sont mieux développées. Je l’ai plus aimé que le premier, peut-être parce que c’est un milieu qui me touche un peu plus, les communications. J’ai bien aimé voir l’envers du décor en quelque sorte, comment était organisée une soirée, bien que je me doute que le tout soit romancé, c’est quand même un roman. Ça m’a presque donné envie de me lancer en relations publiques… mais pas au prix que paient les personnages dans ce livre!

Deception Point – Dan Brown

Quand un satellite de la Nasa détecte un météorite d’une exceptionnelle rareté enfoui sous les glaces du cercle arctique cela tombe à pic pour l’agence spatiale, impatiente de faire oublier une série d’opérations ratées et fort onéreuses qui mettent en danger son existence même. En effet, l’un des candidats à l’élection présidentielle imminente est décidé à revoir de façon radicale la politique spatiale. Alors que son avenir politique est en jeu, le Président des États-Unis envoie dans l’Arctique Rachel Sexton, analyste des services secrets, vérifier l’authenticité de cette découverte. Elle est accompagnée d’une équipe d’experts, dont le charismatique océanologue Michael Tolland. Ce que Rachel découvre est presque inconcevable : les preuves d’une falsification scientifique, une mystification audacieuse qui menace de déclencher une controverse mondiale. Mais avant même que Rachel puisse informer le président, elle-même et Tolland se trouvent aux prises avec une équipe de tueurs implacables. En fuite dans un univers aussi sauvage que dangereux, tous deux n’ont qu’un espoir de survie : découvrir qui se cache derrière une si magistrale supercherie.

Je crois que je ne retrouverai jamais l’effet de nouveauté de Da Vinci Code. Par contre, Deception Point est déjà mieux qu’Anges & Démons, qui était, à mon avis, trop semblable à Da Vinci Code. Je sais qu’il a été écrit avant, mais comme mon point de référence est le premier que j’ai lu… Pour en revenir à Deception Point, je l’ai trouvé intéressant, parfois même instructif, mais les histoires de Dan Brown finisse toujours par se ressembler. De plus, c’est façon de faire des chapitres de 2-3 pages, supposément pour donner du rythme, me fait l’effet contraire et me frustre souvent de voir une action coupée en plein milieu. Malgré tout, je continuerai sûrement à lire les livres de Dan Brown lorsqu’ils me tomberont sous la main.