Cuisine & Correspondance – Une amitié en 82 recettes – Andrea Israel et Nancy Garfinkel

Lilly et Val, c’est un peu le jour et la nuit, et pourtant les deux femmes sont amies depuis l’enfance. Leur point commun? Leur passion pour la cuisine. À l’âge de 7 ans, elles ont d’ailleurs fondé un petit club de recettes très fermé, qui n’a jamais compté… qu’elles deux!

Ensemble elles ont grandi, mûri, partageant tout, leurs craintes, leurs désirs, leurs secrets, leurs fous rires et leurs meilleures réalisations culinaires. Aujourd’hui, à 40 ans passés, alors qu’un stupide malentendu a mis fin à leur belle complicité, elles essaient timidement de renouer.

Entre leurs premières lettres et leurs derniers e-mails, leurs plumes et leurs recettes se sont affinées. Au fil des pages, on se régale donc de leurs expériences de vie, et de leurs petits plats aux noms savoureux. Mais à mesure que les souvenirs refont surface, une découverte bouleversante manque de les séparer une nouvelle fois…

Je peux commencer par dire que j’adore les romans épistolaires. Avoir l’impression de suivre la conversation intime de deux, trois ou même quatre personnes et parfois même, d’en perdre des bouts parce que ces personnes font référence à une conversation ou à une rencontre entre elles qui ne sont évidemment pas retranscrites en lettres, j’aime.

Le résumé de ce livre nous laisse penser qu’on assistera à un échange banal de lettres et de recettes, mais ça va beaucoup plus loin que ça. Lilly et Val correspondent depuis longtemps, depuis leur jeunesse en fait. Même si le temps les a parfois séparées, leur complicité revient rapidement lors de l’échange des missives.

D’ailleurs, je trouve que la petite section à la fin qui n’est pas sous forme de lettres pour les besoins de l’histoire est un peu plus faible que le reste du roman. On ressent moins la personnalité des personnages à travers cette partie plus impersonnelle.

J’ai particulièrement aimé que les auteures aient pris le temps de développer en profondeur le passé, le présent et la situation des protagonistes de l’histoire. On va bien au-delà de l’échange banal de recettes. Ces recettes ont une histoire qui suit en parallèle celle(s) de Lilly et Val.

Je me suis beaucoup identifiée à Val, surtout dans sa soif d’amitié et de validation de cette amitié. Ça me ressemblait beaucoup à l’adolescence et même au début de ma vie adulte. Encore maintenant, j’aurais besoin de valider régulièrement qu’on tienne à moi et je doute beaucoup de l’importance que j’ai aux yeux des autres. C’est quand même fou tout ce que ce livre m’a fait réaliser. Je vois que j’ai encore du travail à faire sur moi pour m’affranchir de l’opinion des autres.

Une belle découverte qui inaugure pour moi la bibliothèque de ma nouvelle ville. Une très belle bibliothèque d’ailleurs où Bébé J. s’est également inscrite en même temps que moi. Quel bébé de 9 mois peut se vanter d’avoir deux cartes de bibliothèques dans deux villes différentes? ;). C’était d’ailleurs une suggestion des bibliothécaires. Et à voir la rangée des suggestions, dans laquelle j’avais déjà lu 80 % des livres, je crois que je vais aimer ces bibliothécaires!

Quand souffle le vent du nord – Daniel Glattauer

Un message anodin peut-il bouleverser votre vie? Leo Leike reçoit par erreur un mail d’une inconnue, Emmi Rothner. Poliment, il le lui signale. Elle s’excuse et, peu à peu, un dialogue s’engage, une relation se noue. Au fil des mails, ils éprouvent l’un pour l’autre un intérêt grandissant. Leo écrit : « Vous êtes comme une deuxième voix en moi qui m’accompagne au quotidien. » Emmi admet : « Quand vous ne m’écrivez pas pendant trois jours, je ressens un manque. » Emmi est mariée, Leo se remet à grand-peine d’un chagrin d’amour. De plus en plus attirées l’un par l’autre, Emmi et Leo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre…

Une belle découverte que cet auteur. Un roman épistolaire – par courriel – qui commence par une simple erreur de frappe dans une adresse électronique. De fil en aiguille, Emmi et Leo développent une relation purement virtuelle. Ils s’échangent quelques banalités, mais rapidement, ils exposent certaines parties intimes de leur vie. On pourrait croire que ces conversations deviennent rapidement redondantes et banales, mais ce n’est pas le cas et c’est là la force de l’auteur. On s’attache à Emmi et Leo et on espère un rapprochement que eux, semblent vouloir retarder le plus possible afin d’éviter de tout gâcher. La fin m’a laissé un arrière-goût, mais grâce à Jules, je sais maintenant qu’il y a une suite à cette romance par courriel et je suis impatiente de la lire!