Une semaine plus tard

Je crois encore que cet emploi est vraiment fait pour moi. Je m’aperçois que ça va être beaucoup de travail, mais également très formateur. Comme je travaille pour un organisme à but non lucratif (OBNL) et que nous ne sommes que deux employés (ça m’inclut aussi), je suis amenée à faire de tout. Bien sûr, je fais des communications, j’ai déjà écrit plusieurs communiqués de presse. D’ailleurs, malgré que j’aie écrit au moins 250 communiqués dans les dernières années, c’est la première fois que j’écrivais mon nom comme source d’information… Ça fait un petit velours. Tout comme lorsque j’ai vu un article tiré de mon communiqué.

Sinon, je vais encore beaucoup de lecture pour m’approprier tous les programmes, mais j’en sais maintenant assez pour poser des questions précises et pour faire des suggestions. Cette semaine, à part écrire des communiqués, tout ce que j’ai fait était nouveau pour moi : faire le bilan annuel pour l’assemblée générale, faire des demandes de subventions et de commandites, écrire un appel d’offres pour trouver un graphiste. Je dois également réviser complètement notre site Web pour pouvoir demander au webmestre les changements qui me semblent urgents.

C’est moi qui dois trouver le thème de notre événement cette année, les couleurs, trouver des idées de porte-parole qui conviennent à notre commanditaire principal. D’ailleurs, ce sera de ma responsabilité de gérer l’horaire des porte-parole et de les accompagner dans les événements de presse.

J’ai du mal à réaliser que je serai, que je suis capable de faire tout ça. Juste des nouveautés, de nouveaux défis à relever, mais je ne me suis jamais sentie aussi confiante.