Un pour toutes – Frances Pye

Depuis leurs années de colocation, Lily, Sam, Mara et Terry sont amies à la vie à la mort. Indépendantes et volontaires, ces trentenaires ne rêvent que d’une chose : un homme, mais à temps partiel. Lily cherche l’amant idéal, qui lui offrirait des nuits passionnées et sans lendemain. Sam n’a qu’une idée en tête : donner la vie. Mara aurait bien besoin d’un coup de main pour retaper sa maison qui tombe en ruine. Et Terry, veuve, découvre la difficulté d’élever un adolescent sans autorité paternelle. Se présente alors le candidat parfait : Sean est beau, riche, célibataire et adore les enfants. Aussitôt, une idée lumineuse s’impose aux jeunes femmes : et si on partageait?

Le livre est rose, ça dit tout? Le point de départ semblait intéressant : quatre filles veulent un homme dans leur vie, mais seulement la partie qui les intéresse. Pourquoi être obligé de nourrir et de divertir quelqu’un quand on veut juste qu’il répare le toit de notre maison? Bref, ça semblait avoir du potentiel, mais il a été mal exploité. Les personnages sont archicaricaturaux et côté surprise, n’en cherchez pas, il n’y en aura pas. On voit venir la fin à des milliers de kilomètres, ou dans ce cas-ci, à des centaines de pages. Aussi, j’ai trouvé que tout ce règle trop bien et trop facilement, surtout concernant ce qui gâche la vie de Sean depuis des années… Ça fait sourire, et c’est ce qu’on attend de ce genre de livre. Est-ce que l’auteure va révolutionner le genre? Sans doute pas, mais on en ressort diverti, et c’était déjà mieux que rien!