Comment nourrir son enfant – Louise Lambert-Lagacé

Après vingt-cinq ans et 300 000 lecteurs, Comment nourrir son enfant demeure la bible alimentaire des parents d’aujourd’hui! Cette édition remise à jour tient compte des nouveaux aliments pour bébé et des recherches les plus récentes. L’auteur répond clairement aux questions sur l’allaitement maternel, les différents laits pour nourrisson et les problèmes alimentaires courants. Ce livre contient les fameuses recettes de purée maison, toutes les informations concernant l’introduction des aliments solides et une foule de trucs pour favoriser chez votre bébé l’éclosion de saines habitudes alimentaires.

Depuis que j’ai été enceinte, je ne me rappelle plus le nombre de fois qu’on m’a conseillé ce livre. Même mon pédiatre s’y est mis quand on a commencé les solides avec Bébé J. en me disant que c’était la bible, si ce n’est qu’il n’était pas d’accord avec le fait d’attendre à 6 mois, pour le reste, il me le conseillait vraiment. Je l’ai donc acheté. Globalement, c’est vrai qu’il est très intéressant, j’aurais dû le lire avant. Par contre, il y a tellement de sources d’information maintenant, que ce n’aurait probablement pas été une aussi grosse perte que ça de ne pas l’avoir. En fait, son principal avantage est de réunir toute l’information sur l’alimentation en un seul endroit et d’aller plus loin que le sacro-saint Mieux-vivre. Une fois qu’on a passé par-dessus la petite morale que l’allaitement c’est l’eldorado du bébé et que faire manger son bébé avant 6 mois est un sacrilège, c’est un bon guide que je consulte régulièrement. Bon, il manque toutefois un chapitre sur comment intéresser Bébé J. à la viande et aux protéines. Mais ça, j’imagine que c’est trop précis pour un ouvrage de référence ;).

Bilan financier

Au début 2010 et 2011, j’avais fait des bilans financiers pour voir où j’en étais et où j’allais. En janvier 2011, mon objectif était d’éliminer totalement ma dette d’étude et de commencer sérieusement à mettre de l’argent de côté pour la maison.

Je peux dire que mon objectif est atteint! En date d’aujourd’hui, il me reste un seul paiement de 300 $ à faire sur mon prêt étudiant et ce sera fait ce vendredi. J’aurai donc remboursé plus de 20 000 $ de prêt étudiant en 2 ans et demi. Je n’y aurais jamais cru si vous m’aviez dit cela il y a 3 ans, quand j’ai terminé mes études universitaires. Bien sûr, ce ne fut pas facile. J’ai sacrifié beaucoup d’activités pour réussir à atteindre cet objectif, mais c’était important pour moi, d’autant plus maintenant que Bébé J. est arrivée dans notre vie. Donc, ce vendredi, je n’aurai officiellement plus aucune dette! Wow! Je me sens riche tout d’un coup!

L’argent libéré dans le budget servira maintenant à enrichir le fonds maison, puisqu’on veut acheter une maison au printemps, si tout va bien, et à garnir le fonds d’urgence. Évidemment, un montant est également mis de côté dans un REEE pour les études de Bébé J.

En tant que grande amatrice de l’émission Til Debt Do Us Part, mon objectif cette année est d’accumuler au moins 3 mois de dépenses dans le fonds d’urgence, au cas où, pour éventuellement avoir 6 mois de côté pour parer aux coups durs. Je veux également accumuler une mise de fonds importante pour la maison, afin, si possible d’atteindre le 20 % qui nous fait économiser sur le prêt hypothécaire. Donc, tous les montants inespérés (ex. : travail autonome, vente d’objets, cadeaux, etc.), aussi petits soient-ils, seront mis de côté dans le but d’atteindre cet objectif.

Je n’ai pas plus d’argent que j’en avais il y a un an, mais je me sens quand même beaucoup plus riche!

Bilan financier

Au début 2010, j’avais fait le bilan de mes dettes et je m’étais fixé comme objectif d’éliminer 50 % de ma dette restante. Il me reste donc à vérifier si j’ai réussi.

Le 4 janvier dernier, ma dette s’élevait à environ 19 400 $ (majoritairement des dettes d’études, qui ont vraiment servi aux études, et non des dettes de consommation).

Pendant la plus grande partie de l’année 2010, j’ai consacré 40 % de mes revenus au remboursement de mon prêt étudiant. Ce n’est que dernièrement que j’ai réduit ce montant à 30 %, pour me laisser plus de liberté pour autre chose (ex. : me payer un entraîneur privé chaque semaine en 2011). J’étais très à l’aise avec ce choix, malgré que le fait que cela m’empêchait parfois de faire ce que je voulais, par manque de liquidité.

Cette année, j’ai décidé d’y aller plus lentement sur ma dette, qui sera tout de même payée totalement à la fin de l’année 2011, si tout va comme prévu, et de mettre plus d’argent de côté pour un fond d’urgence et pour investir dans ma santé avec un entraîneur privé. Encore une fois, je suis contente de ces choix et j’ai bon espoir d’arriver à des résultats, autant pour ma santé physique que pour ma santé financière.

Bref, voici le bilan de l’année 2010, au 31 décembre, je dois :

Prêt étudiant : 7 900 $
Consommation : 1 300 $

Pour un total de 9 200 $.

J’ai donc éliminé 53 % de ma dette cette année!

Si on considère que la dette de consommation sera remboursée d’ici la fin du mois de janvier, au 1er février, il ne me restera qu’environ 39 % de ma dette à rembourser cette année! De plus, si tout va bien, j’aurai totalement remboursé mon prêt étudiant d’ici décembre 2011, et peut-être même avant! Je serai alors libre de dettes! J’ai du mal à y croire!

Aussi, j’ai refait mon budget pour l’année 2011 avec les montants que j’ai dépensé dans chaque catégorie en 2010 afin qu’il soit plus représentatif. Le budget pour l’épicerie a donc été augmenté et le budget restaurant de beaucoup diminué. En effet, j’ai été assez surprise de voir combien j’avais dépensé au restaurant cette année. J’ai donc changé mon système. Je me suis fait sept grandes catégories dans lesquelles je mets virtuellement un montant par paie : Fonds d’urgence, Maison, Frais médicaux (dentistes, optométriste, médicaments, etc.), Cadeaux, Sorties, Vêtements, Vacances. En fait, je transfère le montant total dans le même compte, mais dans mon logiciel, ce transfert est fait selon les catégories. Ça me permet donc de savoir combien j’ai dans chaque catégorie, tout en maximisant les intérêts en ayant le montant total dans le même compte. Lorsque j’aurai terminé le remboursement de mon prêt étudiant, une catégorie « Placements et REER » s’ajoutera.

Il ne s’agit peut-être pas de la meilleure manière de gérer le tout, mais elle me convient pour l’instant.

Objectif 2011 : Éliminer totalement ma dette d’étude et commencer sérieusement à mettre de l’argent de côté pour la maison.

L’autre part de l’odyssée

J’ai hésité avant d’en parler ici. Je parle déjà de plein de sujets, un de plus n’allait-il pas diluer l’intérêt de mes quelques lecteurs? En fin de compte, ouvrir un autre blogue serait assurément m’éloigner encore plus de celui-ci. De toute façon, une odyssée, ça a plusieurs aspects. Donc, en plus de mes lectures, de mon travail et de mes réflexions sur ma vie personnelle, je vais maintenant également parler de mes nouveaux objectifs de vie : perdre du poids et avoir une meilleure qualité de vie.

J’ai dépassé les 200 livres il y a plusieurs années, je ne sais pas quand, mais je sais pourquoi. D’abord, une alimentation peu diversifiée, venant d’abord de mon enfance, mais que j’ai perpétrée par la suite : par paresse ou par manque de connaissances. J’ai modifié cet aspect depuis que je suis la seule responsable de mon alimentation, il me reste du chemin à faire, mais je crois être sur la bonne voie. Ensuite, sportive dans ma jeunesse, j’ai délaissé le sport pour ma nouvelle passion à l’adolescence : la lecture. Bizarre en fait, puisque j’avais fait beaucoup de chemin en natation, et j’ai tout laissé tomber du jour au lendemain, et je me suis plongée dans les livres. Pas sans raison, un événement vécu à 10 ans a fait en sorte que je ne voulais plus être remarquée, je voulais disparaître, et surtout, je voulais que personne n’ait d’intérêt pour moi. Je me suis donc réfugiée dans les livres. Finalement, il y a 4-5 ans, on m’a diagnostiqué un dérèglement hormonal qui fait en sorte que je prends du poids plus facilement que la moyenne et que c’est plus difficile d’en perdre pour moi, mais pas impossible. C’est pourquoi je ne me suis jamais reposée sur cette dernière raison. Comme l’a déjà dit Jean-Marc Parent, ce n’est pas ta condition médicale qui fait que tu choisis une poutine à la place d’une salade.

Je sais que je dois changer mes habitudes, et je crois que je suis déjà sur la bonne voie. L’été dernier, je me suis remise au vélo, allant même jusqu’à faire le Tour de l’île de Montréal (52 km), alors que j’étais visiblement la plus grosse participante. J’ai réussi. Je marche régulièrement pour aller au travail et j’ai l’intention de faire de même à mon nouvel emploi, en marchant jusqu’au métro, plutôt que de prendre l’autobus. Je fais du work out quotidiennement à la maison et je me suis mise au ski l’hiver dernier, après 12 ans de pause. D’ailleurs, je suis maintenant équipée et comme j’aurai la passe de saison cet hiver, l’obstacle financier n’en sera plus un.

Je dois maintenant m’attaquer à la nourriture. J’ai déjà diminué les portions, j’inclus les légumes et les fruits à tous les repas, mais je manque d’imagination. Quand j’étais jeune, on ne mangeait que des patates et des carottes, je dois donc apprendre à apprêter les autres légumes. D’ailleurs, comment on fait cuire des asperges?? En fait, ça je sais, mais je sais juste pas les étapes avant… Il faut enlever quoi au juste? Pour le moment, les légumes congelés m’aident énormément. J’ai fait mon premier potage – avec succès – la semaine dernière. Je dois juste m’organiser mieux. Avant je faisais un menu pour les soupers, il faudrait que je m’y remette et que j’inclus les dîners.

Voici donc ma démarche. Je n’ai pas l’intention de faire un régime quelconque, juste mieux manger et bouger plus. Mon premier objectif est de perdre 25 livres d’ici le mariage d’un ami à la fin du mois de mai. Sinon, pour me motiver, j’ai conclu avec M. X, que lorsque je descendrai sous la barre des 200 livres, on se payera une envolée au SkyVenture de Montréal. De plus, comme on compte démarrer le projet bébé d’ici 1 an, 1 an 1/2, je veux perdre le plus de poids possible pour facilité les choses, d’autant plus que le dérèglement hormonal peut avoir une influence sur cet aspect.

Reglette regime