Firmin – Autobiographie d’un grignoteur de livres – Sam Savage

Autobiographie d’un grignoteur de livres, Firmin raconte l’histoire d’un rongeur érudit qui a vu le jour clans les sous-sols d’une librairie de Scollay Square, vieux quartier en péril du Boston des années 1960.

Plein d’appétit pour les mots, épris de nourritures spirituelles autant que terrestres, Firmin ne peut communiquer tous ses coups de cœur ni exprimer ses détresses, et voit avec révolte se déliter sa race comme son quartier, cernés par l’incompréhension des hommes et par les mécanismes du profit. Mais la rencontre avec un romancier marginal le sauve du pessimisme ambiant. Superbe hommage aux valeurs de l’écrit et aux singularités de toutes espèces, l’aventure de Firmin est aussi un fabuleux trait d’union entre littérature, exclusion et résistance.

Non, mais ce n’est pas assez mignon à votre goût comme titre? Malheureusement, l’histoire ne m’a pas enchantée autant que son titre. Le fait de voir un rat sur la page couverture aurait dû me mettre la puce à l’oreille.

Firmin est un rat, le treizième et dernier de sa portée. Comme il était le plus chétif, il ne réussissait pas toujours à avoir sa part de lait. Il s’est donc mis à grignoter les livres qui l’entouraient. Avec le temps, il s’est aperçu qu’il savait lire et s’est mis à dévorer, au sens propre et figuré, tout ce qui lui tombait sous la patte. S’en suit une description de son quotidien de rat mangeur de livres qui rêve d’entrer en contact avec les humains. Bien qu’intéressante, je me suis rapidement lassée de la description des journées de ce rat littéraire. Il ne se passe pas grand-chose et c’est bien dommage.