Quand une porte se ferme…

Commentaires 2 Par défaut

Le diagnostic est tombé : trouble de langage léger au niveau expressif, au niveau de la forme et de l’utilisation du langage et dyspraxie verbale légère. Malgré que je m’y attendais, ç’a quand même été un choc.

Je dois avouer que ce choc a été amplifié par l’appel que j’avais eu la veille. Depuis le début des démarches avec Jojo, elle est inscrite au CLSC pour avoir des services au public. La veille du rendez-vous pour recevoir le diagnostic, j’ai reçu le tant attendu appel du CLSC. La joie est tombée rapidement : les services du CLSC ne sont que pour les enfants qui n’ont pas de diagnostic. Donc, après près de 2 ans d’attente, elle passait son tour. Bien sûr, elle est maintenant inscrite sur la liste d’attente du centre de réadaptation (Bouclier), mais cela a influencé sur le choc du lendemain.

Pour ajouter à tout ça, deux semaines plus tard, l’orthophoniste qui suit les enfants est tombée en retrait préventif. Évidemment, on savait que ça allait arriver, mais ç’a été devancé de 3 mois. Je n’en veux évidemment pas à l’orthophoniste, mais c’était difficile. Le plan B qui avait déjà été prévu pour son congé de maternité est tombé à l’eau et j’ai dû partir à la recherche d’un autre professionnel pour chacun de mes enfants.

Comme ma fille entre à l’école en septembre, je ne voulais pas que ce soit pendant les heures de classe, ce qui a compliqué les recherches. J’ai fini par trouver. Les enfants sont maintenant suivis par deux orthophonistes différentes.

Pour le moment, j’ai rencontré la nouvelle orthophoniste de Jojo qu’une seule fois, et j’ai des doutes. C’est sûr que je ne peux pas me baser sur une seule rencontre et je vais attendre quelques séances, mais je commence déjà à penser à un plan D, au cas où.

Je trouve ça difficile de naviguer dans tout ça. Sans compter le diagnostic à « avaler », trouver les spécialistes, de confiance, réussir à avoir un horaire qui fonctionne, essayer de ne pas trop nuire à mon horaire de travail en plus, car il faut bien s’épanouir en tant qu’adulte et les payer ces spécialistes, rentrer les exercices d’orthophonie et d’ergothérapie dans l’horaire, sans compter les loisirs pour ne pas que les enfants aient l’impression d’être seulement en thérapie, du temps en famille, du temps en couple, du temps seul… Un vrai casse-tête! L’équilibre est fragile peut basculer à tout moment…

Horaire du jour

Commentaires 4 Par défaut

4h45 : Levée
5h20 : Départ pour la gare
5h49 : Train
6h45 : Arrivée au travail
7h : Début du travail
15h30 : Départ en courant du travail pour attraper le métro et ne pas manquer le train
16h40 : Arrivée en train à la gare
17h : Arrivée à la garderie pour cueillir Bébé J.
17h30 : Souper de Bébé J. pendant que je fais notre souper
18h : Je soupe en essayant de distraire Bébé J.
18h30 : Arrivée exceptionnellement tôt de M. X à ma demande
19h : Révision linguistique à la pige
20h : Faire les lunchs du lendemain et la vaisselle et ramasser les jouets
20h30 : Essayer de me convaincre d’aller courir
20h31 : M’écraser sur le divan
21h15 : Douche
21h30 : Dodo

Je sais que c’est cliché de dire qu’on n’a pas le temps de faire de l’exercice, mais sincèrement, je ne vois pas où je mettrais ça! À part le midi. Je vais bien marcher le midi, mais ce n’est pas suffisant. Je pourrais m’entraîner et manger devant mon ordinateur ensuite, mais j’ai vraiment besoin de cet unique moment de calme où je n’ai rien d’autre à faire que relaxer en jasant.

Pesée de la semaine et retour au travail

Commentaires 3 Par défaut

Résultat : -3,1 lb!

Enfin de retour pour de bon sur la pente descendante. Je n’atteindrai probablement pas mon objectif d’être sous 200 lb à la fête de Bébé J., mais ce ne sera que partie remise!

Grosse semaine riche en émotion cette semaine! (Et trop de semaines dans la même phrase!) Je suis donc d’autant plus fière de mon résultat de la semaine, j’ai réussi à ne pas manger mes émotions.

Je suis retournée au travail lundi. Pour l’aspect travail, j’avais hâte et ça s’est super bien passé. Je travaille maintenant avec des gars et c’est plutôt rare dans mon domaine et je dois dire que je vais aimer ça. Par contre, je trouve difficile d’être loin de Bébé J. aussi longtemps. Surtout que je ne la vois pas quand je pars le matin, et si je la vois, je dois la quitter alors qu’elle hurle de me voir partir. Je ne sais pas ce qui est pire… Je dois m’habituer et développer des trucs pour que les soirées soient moins intenses puisque M. X arrive généralement tard et que je dois tout gérer.

En fait, j’ai toujours dit que j’avais un bébé-soleil. Bien là, ce sont les éducatrices qui en profitent, parce que la fatigue et la faim font en sorte que j’ai le bébé-nuage-gris le soir, et j’avoue que c’est ce que je trouve le plus difficile.

Conciliation travail-famille-couple

Commentaires 3 Par défaut

La conciliation travail, famille et couple est un sujet qui m’intéresse de plus en plus, surtout avec mon retour imminent au travail le mois prochain.

Après l’instauration de mon super cartable, qui, je dois le dire, nous simplifie déjà beaucoup la vie, ne serait-ce que pour la gestion du ménage, je veux aller plus loin dans la planification. Le but n’est pas que notre vie soit planifiée à la seconde près, au contraire, mais plutôt que ce qui doit être fait soit fait et nous laisse plus de temps pour le reste, soit vivre notre vie et profiter de Bébé J. qui grandit trop vite! La feuille à cocher des tâches ménagères a enlevé beaucoup de pression sur M. X et moi. Nous avons moins l’impression que c’est toujours la même personne qui fait tout et, surtout, ça nous enlève l’obligation de demander à l’autre de faire une tâche. On s’entend mutuellement pour les faire, sans même en discuter, depuis trois semaines, nous pouvons profiter de nos fins de semaine pour faire autre chose que du ménage. C’est merveilleux! Il reste à poursuivre sur cette voie à mon retour au travail, mais j’ai la motivation pour ça.

Dans le même ordre d’idée de conciliation, j’ai regardé le documentaire de Marie-Claude Barrette, Simplement vedette – Concilier travail et famille. Le fait que ce soit des personnalités connues n’a pas été ma motivation première pour regarder ce documentaire. Elles ont peut-être un quotidien différent du mien, mais on a tous le même objectif. J’ai particulièrement aimé les interventions de l’auteure Kim Thuy, elle m’a fait réfléchir sur bien des aspects de ma vie, dont mon rapport au travail de M. X et des exigences qu’il amène. Elle m’a fait réaliser que, même si ce n’est pas le but, j’ai tendance à faire sentir à M. X que ses longues heures de travail sont motivées par le désir de ne pas nous voir, alors que je sais parfaitement que ce n’est pas le cas. S’il travaille tard, c’est qu’il n’a pas le choix et il souffre autant que nous de ne pas nous voir autant qu’il le voudrait. Je veux donc changer d’attitude envers cet aspect afin qu’en plus de terminer tard, il ne soit pas accueilli dans la froideur et la frustration.

Aussi, le segment avec Saskia Thuot et Pierre-Alexandre Fortin m’a rappelé l’importance de ne pas s’oublier en tant que couple, malgré l’arrivée de Bébé J. C’est beau en théorie, mais dans une fois dans le tourbillon du quotidien, c’est facile à oublier. Quand Bébé J. est couchée, M. X et moi descendons dans le sous-sol et écoutons ensemble un ou deux épisodes de 24. Ce n’est pas du gros temps de qualité, mais c’est une activité qu’on fait ensemble régulièrement et qu’on aime partager. On essaie aussi une fois par mois de prendre une soirée à nous. C’est plus difficile ces derniers temps, avec la maison, les rénovations et tout, mais ça va revenir bientôt.

Danger

Commentaires 4 Par défaut

Je sais que je vais être dans une période dangereuse pour moi dans les prochaines semaines. Au cours des dernières années, chaque fois que j’atteignais un objectif de perte de poids, je stagnais et finissais par le reprendre. Pourquoi? Je le méritais. Je méritais de manger ce que je voulais, je méritais cette journée de congé de gym, qui se transformait en semaines, puis en mois. Maintenant, je sais que je mérite encore mieux. Je mérite d’être en santé, d’avoir plus d’énergie, de me sentir belle pour la première fois depuis longtemps. Et ça vaut toute la nourriture du monde.

La fin de semaine a été difficile. De mauvais choix alimentaires m’ont fait réaliser que je ne devais pas relâcher ma vigilance. Le restaurant d’hier a particulièrement été mauvais : trop de pain, trop de tout. Et surtout, même les légumes étaient noyés dans l’huile. Au moins, j’ai sauté le dessert.

Comme je le disais, la semaine s’annonce difficile : beaucoup de travail en perspective et, comme je vais être dans ma semaine typiquement féminine d’un jour à l’autre, ça se combine avec le goût de rester écraser et des rages de sucre. Je vais donc établir mon plan.

Plan de match

  • Préparer le plus possible mes repas ou mes aliments afin de n’avoir aucune bonne raison pour faire des choix moins santé par manque d’énergie ou de temps.
  • M’entraîner tous les jours, peu importe l’heure à laquelle je termine au bureau, ne serait-ce que pour 30 minutes.
  • Préparer mes collations préentraînement pour justement avoir l’énergie pour aller m’entraîner, peu importe l’heure.
  • Pas d’escalier ni d’ascenseur : je réalisais déjà ce défi depuis un bout, mais j’ai fini par me relâcher, surtout en fin de journée. Je suis connue au bureau comme la celle pour qui il est contre ses principes de prendre un escalier roulant pour descendre. 😉 Je vais maintenant l’appliquer à ce qui monte.
  • Comme mon bureau est au 21e étage, c’est le seul ascenseur que je me permettrai, mais pour monter seulement. À la fin de chaque journée, je descendrai les 21 étages par l’escalier.

Avec tout ça, j’ai bon espoir d’avoir une perte sur la balance vendredi, peu importe le stress, la fatigue et les règles. Un, deux, trois, GO!

Pesée de la semaine

Commentaires 7 Par défaut

Résultats : -0,2 lb

Sincèrement, j’avais peur pour la pesée de cette semaine. Ce fut une semaine difficile. Côté nourriture, ce fut quand même correct, mais côté entraînement, je n’ai pas pu faire tout ce que je voulais. À l’exception de mardi, mes seuls exercices furent les abdominaux quotidiens du groupe d’entraide. Même mardi, je suis allée m’entraîner seulement une petite demi-heure et ce fut difficile. Après 20 minutes sur le tapis, j’avais la nausée. J’ai quand même terminé mes 30 minutes, plus lentement. Cette semaine, c’est intense au travail. J’ai fait des heures supplémentaires presque toute la semaine, et même ce soir, je ne sais pas à quelle heure je vais terminer. Ça devrait se replacer la semaine prochaine. Aussi, j’ai hâte d’avoir des nouvelles de mon entraîneuse pour voir si elle peut me prendre une fois par semaine à partir de février!

Encore 1,2 livre avant d’atteindre mon premier objectif. Vendredi prochain, ce sera la bonne pesée!

Malgré tout, j’ai deux victoires à partager cette semaine!

Victoire 1

Je me suis acheté un pantalon de taille 18! Comme je m’habille toujours au même endroit, j’en ai essayé plusieurs, de plusieurs styles, pour être certaines que ce n’était pas un modèle fait plus grand, mais oui, je porte maintenant, majoritairement, du 18 ans! C’est une très belle victoire pour moi, je ne sais pas depuis combien de temps je n’ai pu porter cette taille! Aussi, j’ai essayé un chandail du côté des tailles « normales » et il me faisait! C’était un XL, mais quand même, la lumière approche! 🙂

Victoire 2

J’ai changé de classe d’obésité. C’est peut-être bizarre de dire ça comme ça, mais moi, ça me fait vraiment plaisir. J’ai quitté la catégorie « Obésité classe 3, obésité morbide » (quel nom horrible!), pour la catégorie « Obésité classe 2 ».

Mensurations

J’ai également pris mes mensurations mensuelles aujourd’hui. Le résultat :

Taille : -1 pouce
Cuisses : -1,5 pouce
Mollets : -1,5 pouce
Bras : -0,5 pouce

Total : -4,5 pouces!

Mon objectif était de perdre 3 pouces au total. J’ai donc réussi! Je maintiens cet objectif pour le mois prochain.

Par contre, je ne mets pas trop d’attention à ce défi, puisque j’ai peur que mes mesures faussent les résultats, mais je suis contente tout de même.

Cto5k et Kilo Cardio

Commentaires 2 Par défaut

Gros retour de vacances! Alors que j’avais la responsabilité de seulement une partie d’un dossier avant de partir en vacances, je suis revenue avec la totalité du dossier sur ma chaise et huit jours de moins pour le réaliser. Huit jours, c’est beaucoup quand tu travailles avec un graphiste et un imprimeur. Après deux semaines de plus de quarante heures, le projet sera mené à terme et j’aurai appris beaucoup. Lundi, jour de mon anniversaire, sera la concrétisation de ce projet et mardi, ce ne sera qu’un souvenir… Alors que je serai à Québec pour siéger à un comité.

Malgré tout ça, je n’ai pas perdu de vue mon défi Poids plume. Par contre, ça stagne depuis quelques semaines j’ai donc décidé de changer d’approche. Depuis lundi dernier, je suis les menus du livre Kilo Cardio. Au début, je croyais que ce serait difficile, mais finalement, je m’aperçois que, malgré ce que je pensais, mes portions étaient encore trop grosses pour faciliter une perte de poids. À aucun moment je n’ai eu l’impression d’avoir faim cette semaine, même qu’il est arrivé à plusieurs reprises que je ne termine pas mes assiettes. Moi qui pensais que manger seulement 1600 calories par jour serait difficile et que j’aurais toujours faim, ce n’est pas le cas. En plus, les repas sont diversifiés, alors je n’ai pas l’impression de me priver de quoi que ce soit. Je dois par contre trouver une alternative au fromage cottage, qui ne revient pas souvent, mais que je suis incapable de manger.

Pour me donner un autre petit regain d’énergie, j’ai commencé le programme Cto5k, qui consiste à commencer à faire du jogging graduellement jusqu’à être capable de courir un 5 km sans marcher. J’ai acheté l’application sur iTunes et j’ai commencé cette semaine. La première course a été pénible, mais grâce aux chansons que j’ai mises dans ma liste d’écoute, j’ai pu retrouver le regain d’énergie qu’il me fallait. Je ne crois pas réussir le programme en neuf semaines, car je me donnerai le droit de recommencer une semaine si je ne suis pas satisfaite, mais j’ai découvert que j’aimais quand même ça ! Surtout le sentiment à la fin de m’être dépassée. Quand on regarde ça, j’ai quand même couru 9 minutes en tout lors de la première séance, ce que je ne me serais jamais crue capable de faire. Pour m’encourage, j’ai également pris la puce Nike+ que je mets dans mon soulier et qui compte la distance parcourue, le trajet effectué et les calories brûlées. C’est comme un podomètre, mais en beaucoup plus précis. J’ai hâte de voir les résultats de ma première semaine sur la balance lundi matin. Je ne m’attends pas à un miracle, mais j’espère tout de même voir une petite différence. Sinon? Bien, on continue!